« Beaucoup de talent et d’amitié à SFX »

 

C’était une certitude, après quatre années de bons et loyaux services, le duo d’artificiers de luxe Delsaute-Hertay fermait le chapitre spadois, désireux d’en entamer un autre. Restait à savoir le titre que celui-ci porterait… Petit indice, il sera écrit à l’encre noire et jaune… Et oui, les deux comparses rejoignent SFX-Saint Michel pour constituer une équipe qui aura fière allure.

 

« Nous n’étions pas censés l’annoncer si tôt mais l’info a fuité » rigole Fred-le-Magnifique. « Finalement, nous avons choisi SFX car nous avons plusieurs copains comme Bous’, Perin et Gerarts qui jouent là-bas » embraie Gaetan qui avait envie de poursuivre l’aventure avec Fred. « Par amitié, bien entendu, mais aussi parce que nous nous complétons bien. Cela fait maintenant sept ans que nous jouons ensemble, les automatismes sont bien présents. »

Chez les Collégiens, on est bien évidemment heureux d’accueillir deux joueurs de la trempe des lascars de Spa. « Je suis absolument ravi que deux amis proches rejoignent notre groupe de potes » se félicite Alexandre Bousmanne. « De plus, leur talent est indéniable. Ils vont parfaitement s’intégrer à notre mentalité. »  Et s’inscrire dans la durée? « Nous n’avons pas véritablement abordé la question » nous répond Fred. « Nous allons prendre saison par saison mais le but n’est clairement pas de faire un one-shot. »

Avec l’arrivée de deux joueurs de ce calibre -ils planent véritablement sur la division- au sein d’un groupe aussi compétitif que celui des Collégiens, SFX va, inéluctablement, changer de statut. « L’ajout de ces deux joueurs, qui ont facilement le niveau D2-D3, va indubitablement aider SFX dans l’optique d’une future montée, ce qui est l’objectif avoué du club » balance d’emblée Hugo Maréchal qui n’a pas encore décidé de quoi son avenir sera fait. « Je prendrai ma décision à la fin de la semaine prochaine. Mais l’arrivée de Fred et Gaetan est un argument qui peut faire pencher la balance. En effet, mon objectif personnel est principalement de continuer ma progression, et me frotter à ces deux formidables joueurs à l’entrainement peut grandement y contribuer. »

 

 

Du talent et de l’amitié

 

Chez les principaux intéressés, on tempère quelque peu l’enthousiasme de la jeunesse par une sage prudence. »C’est indiscutable qu’en nous transférant, les objectifs du club seront revus à la hausse » reconnait Gaetan.  » Nous aurons normalement une belle équipe, il faudra voir comment cela tournera » enchaine Fred. « Toutefois, je ne connais pas la R1 de cette année mais Pepinster sera autant favori que nous la saison prochaine. Si les Pépins ne montent pas déjà cette saison, évidemment » ajoute malicieusement Gaetan.

La juste parole et le mot de la fin reviennent, in fine, au capitaine verviétois. « Personne n’est jamais favori dans une saison de basket » recarde Alexandre Bousmanne. « Cette saison, nous étions promis à la descente et début février, nous sommes toujours qualifiés pour les Playoffs. Une addition de noms, cela ne signifie rien, seule prime l’homogénéité du groupe. Cette année, Pepinster, malgré un noyau très qualitatif et un coach reconnu, a, pourtant, mal démarré. » Et le sympathique intérieur de conclure: « Nous ne parlerons jamais de favori ou de titre, l’humilité de cette saison nous ayant donné raison. Le basket reste un sport d’équipe. Nous espérons que la mayonnaise prendra et que nous pourrons réaliser de belles choses. Mais à ce jour, il s’agit simplement d’enregistrer l’arrivée de deux super potes de plus dans notre équipe. »

 

Des Liégeois avec les Belgian Lions

 

La présélection pour les prochains matchs de notre équipe nationale est connue. Des Liégeois y figurent en bonne place.

 

Dans moins d’un mois, la Belgique jouera sa qualification pour le Mondial 2019 (qui aura lieu en Chine). En Bosnie et en France, les Belges devront évoluer à leur meilleur niveau, tout en étant privés de leurs joueurs d’Euroligue et de Sam Van Rossom, blessé.

Même si nos Lions se sont inclinés lors de leurs deux premiers matchs, face à la France et en Russie, la qualification reste possible. « J’y crois encore » nous confiait Maxime De Zeeuw. « Il sera crucial de gagner en Bosnie en février. Si nous perdons là-bas, alors nous nous tirons une balle dans le pied. »

En vue de cette échéance à venir, Eddy Casteels, désormais détenteur de la double casquette depuis sa nomination à la tête des Bears de Louvain, a établi une pré-sélection de vingt-quatre joueurs. Parmi ceux-ci, nous retrouvons plusieurs « Liégeois » tels que Pierre-Antoine Gillet, Olivier Troisfontaines, Max De Zeeuw ou Terry Deroover qui est, à juste titre, récompensé pour son flamboyant début de saison.

Le feu follet de Liège Basket a d’ailleurs un beau coup à jouer au sein d’une formation qui pourrait bien avoir besoin de ses coups de folie pour débloquer certaines situations et semer la zizanie dans les défenses adverses. En tout cas, à Liège & Basketball, nous militons pour voir Terry et Olivier Troisfontaines amener leur talent offensif parmi les Belgian Lions et revêtir la tunique nationale.

Nous pouvons regretter que Maxime Gaudoux ne figure pas dans cette liste élargie. Pourtant, l’ancien du Spirou réalise une saison très aboutie individuellement et s’impose comme une valeur sûre de notre championnat. Eddy Casteels étant désormais son entraineur en club, Max aura tout le loisir de lui montrer l’étendue de ses capacités au fil des prochains mois.

 

La liste complète des pré-sélectionnés: Akyazili Thomas, Bako Ismael , Boukichou Khalid, Bratanovic Haris, De Zeeuw Maxime, Deroover Terry, François Xavier , Gillet Pierre-Antoine, Gorgemans Amaury, Kesteloot Vincent, Lambrecht Tim, Lasisi Elias, Libert Alexandre, Lojeski Matthew, Loubry Domien, Mwema Jean-Marc, Obasohan Retin, Salumu Jean, Schwartz Loïc, Serron Quentin, Tabu Jonathan , Troisfontaines Olivier, Tumba Kevin, Vanwijn Hans

« Que du positif de mes quatre saisons à Spa »

 

Spa sera bien différent la saison prochaine avec un changement d’entraineur et plusieurs joueurs cadres. C’est le cas de Fred Delsaute qui part la tête pleine d’excellents souvenirs.

 

Du changement, il y en aura à Spa la saison prochaine. Thomas Doneux ne sera plus à la tête de l’équipe, remplacé par l’actuel entraineur de la P1 de Bobelins, Bruno Dagnely. Pepinster a annoncé le retour au bercail de Thibaut Julémont, qui sera accompagné de Deblond selon L’Avenir. Deux autres membres du cinq de départ, et pas des moindres, vont aussi quitter la Cité Thermale à l’issue de la saison prochaine: Gaetan Hertay et Fred Delsaute. Soit les deux meilleurs scoreurs de l’effectif -et de la division. « Je confirme que nous ne serons plus spadois la saison prochaine » nous déclare Fred-le-Magnifique.

Une page qui se tourne dans la riche carrière du talentueux ailier qui aura été comblé durant sa période spadoise. « Je ne retiendrai que du positif de ces quatre années » nous dit-il. « En terme de résultats sportifs, avec une deuxième place en D3 la première saison, une montée, une Coupe AWBB la saison passée et une saison plutôt réussie pour le moment, je pense qu’à ce niveau c’est plutôt pas mal, malgré la descente pour notre deuxième année. »

Mais plus que les chiffres, c’est l’humain que veut retenir Fred. « Outre l’aspect purement sportif, j’ai aussi, et surtout, rencontré des personnes en or » rappelle-t-il. « De mes coéquipiers, qui restèrent soudés dans les bons comme dans les mauvais moments, des dirigeants du club aux supporters qui nous ont toujours soutenus, ce fût de très beaux liens qui se sont tissés. Sans parler de l’ambiance de feu au sein de notre équipe. »

S’il est temps de passer à un nouveau chapitre, Fred le fait avec optimisme et un brin de nostalgie. « Ce furent quatre magnifiques saisons que nous ne risquons pas d’oublier de sitôt » conclut-il.

« L’Etoile mérite sa victoire »

 

Ce weekend, l’Etoile Jupille a, à nouveau, créé la surprise pour se qualifier pour la finale de la Coupe de la Province. Après avoir battu Aubel, c’est ensuite Neuville qui a succombé à la furia jupilloise.

 

Magnifique Etoile Jupille qui a éliminé successivement le leader et le second de P1 pour s’offrir le droit de disputer la finale de la Coupe Provinciale face à Waremme. Contre Neuville, Julien Van Roy et ses coéquipiers furent maîtres de leur sujet. L’entraineur de Neuville, Kevin Reyserhove, revient sur cette rencontre.

 

Jupille a tout simplement été plus fort que nous durant cette demi-finale. Nous  avons perdu trop de ballons, avons connu une effroyable soirée en terme de réussite aux shoots et avons été dominés au rebond et en pénétration. Alors que nous aurions dû trouver des solutions collectives, en allant au bout des systèmes, nous ne l’avons pas fait. A une minute et quarante secondes de la fin du troisième quart-temps, nous ne sommes pourtant menés que de trois points. Mais un arbitre décide de nous siffler une volontaire et trois techniques. Parmi celles-ci, seule la mienne est justifiée. Cela ne nous a pas aidés, évidemment. Toutefois, l’Etoile mérite amplement sa victoire!

 

 

Des jumelles de Félix à la tarte au riz d’Alfred

Les carnets du basketteur

 

 

En près de quarante ans de carrière, Michel Christiane a accumulé une kyrielle de souvenirs et d’anecdotes. De Fond-de-Forêt à Barcelone. Régulièrement, pour Liège & Basketball, il vous proposera un billet dont le seul but sera de vous faire sourire et de permettre aux plus jeunes de découvrir « le basket du siècle dernier » …

 

Les premiers correspondants de presse couvrant le basket étaient souvent haut en couleur. C’est le moins que l’on puisse écrire. Comme vous allez pouvoir en juger…

Au niveau des journaux régionaux, feue La Wallonie était la pionnière du genre. Pour relater le basket principautaire, elle fit d’abord appel à Félix Maréchal. Pour la simple raison que le Herstalien était l’entraîneur des sélections provinciales de l’époque. Il avait cependant des idées bien arrêtées. C’est ainsi qu’il ne supportait pas les cheveux longs. Très à la mode à ce moment-là. Il intima l’ordre à Giovannni Casamento de passer chez le coiffeur. Celui-ci refusa et fut, du coup, écarté de l’équipe alors qu’il en était le meilleur élément offensif. Avec l’âge, le « camarade » Félix voyait de moins en moins bien. Résultat des courses : il suivait les matches du Standard Boule d’Or, dans l’ancien Country Hall, à l’aide de… jumelles.

Plus folklorique encore était, en région verviétoise, Alfred Clignet. Ce réparateur d’ascenseur ne se déplaçait qu’en mobylette pour le compte du Jour. Non content de posséder une immense culture générale, il était doté d’une mémoire éléphantesque. Il pouvait, par exemple, vous citer sur le champ le résultat d’un match de P3 s’étant disputé quelques années auparavant. Les plus sceptiques ont d’ailleurs toujours prétendu qu’il était surtout fort inventif en la matière. On lui laissera le bénéfice du doute. Célibataire endurci, il ne cachait à personne que, chaque vendredi soir, il se rendait dans le quartier Cathédrale à Liège pour « sa visite sanitaire hebdomadaire », selon son expression.

Le dimanche était sacré pour lui. Il abandonnait son éternelle salopette de la semaine ainsi que son pétaradant deux-roues. Il mettait un point d’honneur à « s’endimancher » et empruntait les transports en commun. Or, il se fait que dans les années 70, les Spadois jouaient la montée en D2 nationale dans le Pouhon du centre-ville. Un frigo qui était surtout un enfer pour leurs adversaires. Dont et surtout Fayenbois emmené par le phénoménal Charly Funck. Tous les quinze jours, donc, Alfred-le-Débonnaire quittait son appartement de Hodimont (qu’il nommait déjà « Boulevard d’Istanbul »), prenait le train à Verviers Central et en descendait à Spa. Sur le chemin du Pouhon, il achetait systématiquement une imposante tarte au riz à la boulangerie Lagarde, juste en face du casino. Il s’en empiffrait pendant l’échauffement des joueurs et, précurseur du recyclage des déchets, écrivait son compte-rendu… sur le carton de tarte qui lui restait.

Alfred, on l’aimait ou on ne l’aimait pas. Moi, je l’adorais.

 

Michel CHRISTIANE

James Harden rentre dans l’histoire

 

Auteur d’un triple-double absolument phénoménal cette nuit, James Harden est entré dans l’histoire et a sans doute fait un pas de géant vers le trophée de MVP.

 

Cette nuit, Houston s’est imposé 114 à 107. Durant cette partie, James Harden a été tout simplement monstrueux. Jugez plutôt: 60 points (!) à 19/30 aux tirs, 17/18 aux lancers-francs, 10 rebonds et 11 passes décisives. Tout simplement historique!

Le barbu a dépassé le record de points inscrits par un joueur des Rockets (Calvin Murphy détenait le précédent record avec 57 unités). Mais il a aussi, et surtout, réalisé un des triple-doubles les plus incroyables de l’histoire!

Parmi les autres performances du même acabit, seul Wilt Chamberlain, en 1968, semble être sur la même planète (et au-dessus d’Harden). L’homme aux dix mille conquêtes, alors aux Sixers, s’était fendu de 53 points à 24/29 aux tirs, 32 rebonds et 14 passes lors de la large victoire (158 à 128) contre sa future franchise des Los Angeles Lakers.

Avec ce match absolument incroyable, James Harden conforte sa position de favori pour le trophée de MVP qui devrait, enfin, tomber dans son escarcelle.

Defraigne à la rescousse de Willebroek

 

Nous vous informions que Willebroek s’était séparé de son entraineur, Damir Milacic. Pour le remplacer, le comité des Kangourous à jeté son dévolu sur un coach belge bien connu: Yves Defraigne.

 

Entre Willebroek et Damir Milacic, le divorce est consommé. L’ancien Pépin a été remercié par sa direction, déçue par les résultats sportifs de l’équipe. Pour le remplacer, c’est Yves Defraigne qui est appelé à la rescousse nous apprend la DH. L’entraineur de 52 ans avait vécu un exercice difficile la saison dernière avec Mons. Il était actuellement sans club. C’est déjà le troisième changement d’entraineur eu EuroMillions Basketball League. Auparavant, Pascal Angillis avait remplacé Ronnie McCollum à Limburg United et récemment c’est Eddy Casteels qui avait repris les rênes des Bears de Louvain.

Fractures lombaires pour Sam Van Rossom

 

Vilaine blessure pour le meneur belge qui s’est fracturé trois vertèbres lombaires lors du match d’Euroleague contre le Khimki Moscou.

 

C’est en retombant mal, sur le dos, que Sam Van Rossom s’est occasionné cette vilaine blessure. Le temps que la douleur s’estompe quelque peu, le meneur de Valence demeurera à l’hôpital. Il devra ensuite porter un corset de protection pendant au moins un moins.

« En basket, tout est possible! »

 

A Ans, on est passé par toute la gamme des émotions en une semaine. De la joie d’avoir vaincu Atlas Jupille à la déception suite à la défaite dommageable à Beez, un concurrent direct. Si la situation est complexe, le groupe de Nicolas André possède les ressources pour se sauver et continuer l’aventure en R1. Errol Koçur se penche sur le cas de son équipe.

 

Errol, déçu de cette défaite à Beez?

Très clairement oui. D’autant plus après notre bonne prestation à Atlas et la confiance que nous avions pu en retirer.

Et tu n’as pu aller aider tes coéquipiers là-bas…

Non et je le regrette mais des raisons professionnelles m’ont empêchées de pouvoir être aligné.

Vous avez dû en parler, que s’est-il passé à Beez?

Apparemment, l’équipe a manqué d’envie et de fighting spirit. Tout le contraire de mardi contre Atlas! Nous sommes lucides, nous savons que nous devons être à 100% et jouer pendant quarante minutes, avec une intensité accrue, si nous voulons gagner des matchs.

Le maintien est-il encore possible? Y croyez-vous?

Bien sûr que nous y croyons. Certes, notre bilan comptable ne plaide pas en notre faveur mais les carottes sont loin d’être cuites. La saison est encore très longue. Toutefois, si nous voulons nous sauver, il va falloir battre de gros morceaux et réaliser des exploits, cela va sans dire. Mais, en basket, tout est possible et c’est ce qui fait la beauté de ce sport que nous aimons tant.

 

Liège Atlas en route pour Belgrade!

 

Liège Atlas s’est brillamment qualifié pour le Championnat du Monde inter-scolaire de trois contre trois qui aura lieu à Belgrade.

 

Le trois contre trois continue de se développer. Savoureux mélange de streetball et de basket classique, avec ses règles et ses infrastructures propres, cette variante du basketball traditionnel continue d’acquérir ses lettres de noblesse.

« Le 3×3, c’est un peu du 5×5 miniature. Les gars ne sont pas là pour chipoter mais pour gagner. Maintenant, comme le basket en chaise roulante d’ailleurs, c’est super que le basket s’ouvre à différentes formes et différents styles. C’est nécessaire de pouvoir proposer de multiples approches afin que chacun puisse s’y retrouver » nous confiait Gille Matho, spécialiste verviétois du Streetball et qui a l’habitude d’écumer les tournois de trois contre trois.

Au  niveau national, la Belgique possède une équipe chargée de se qualifier pour le Championnat d’Europe. Celle-ci est composée du meneur d’Ostende, Loic Schwartz, du géant du Spirou Amaury Gorgemans, de l’ancien Pépin Stephane Moris et du shooteur du Basic Fit Brussels Maxime Depuydt. Le tout est drivé par Jacques Stas.

 

 

Les garçons se qualifient, avant les filles?

 

Au niveau inter-scolaire, une compétition a également lieu dans différents pays pour que ceux-ci envoient une équipe les représenter à…Belgrade pour les Championnats du Monde. Trois écoles liégeoises se disputaient le billet qualificatif et c’est Liège Atlas qui a remporté haut la main le droit de se rendre en Serbie.

Avec deux larges victoires, 21-10 face à l’IPES de Waremme et 21-6 contre le Collège Saint Louis, les jeunes encadrés par Yvan Fassotte et Jérôme Jacquemin défendront les couleurs de la Belgique à Belgrade. Une nouvelle preuve de l’excellence de la formation dispensée au Sport-Etudes-Basket de Liège Atlas et du dynamisme de cette école.

Les garçons pourraient être accompagnés de leurs « collègues » féminins puisque celles-ci tenteront de se qualifier le 7 février prochain contre Waremme. Un doublé qui serait, à coup sûr, une excellente publicité pour l’école liégeoise.