« Rien de tel qu’une passe derrière le dos »

    

Quentin Thielen de Sprimont s’est prêté au jeu du Thé ou Café.

    

Quentin, plutôt passe ou panier?

Les passes. Rien de tel qu’une petite passe dans le dos en contre-attaque. Mais vu ma blessure, ce sera pour la saison prochaine (rires).

Attaque ou défense?

Attaque, sûr et certain (rires)!

Netflix ou cinéma?

Netflix, je pourrais passer ma journée à regarder tout et n’importe quoi.

Plutôt burger ou pizza?

Pizza, sans discussion!

Vacances à la plage ou city trip?

Vacances à la plage. Pour se reposer et, surtout, bronzer (rires).

LeBron ou Curry?

Curry, même si j’adore aussi LeBron!

Standard ou Anderlecht?

Standard même si le foot belge n’est pas le championnat que je suis particulièrement.

Et enfin, thé ou café?

Aucun des deux. Un bon chocolat chaud c’est beaucoup mieux !

LeBron estime être le meilleur joueur de tous les temps

LeBron James estime que le titre conquis en 2016 fait de lui le meilleur joueur de tous les temps.

Le débat pour savoir qui est le meilleur joueur de tous le temps alimentent sans cesse les conversations. Pour LeBron James, le GOAT, c’est lui grâce au titre conquis en 2016. « Cette victoire a fait de moi le plus grand joueur de tous les temps. C’est comme ça que je l’ai ressentie. J’étais en extase d’avoir gagné pour Cleveland après 52 ans sans titre pour la ville. Tout le monde m’a vu pleurer. Puis je me suis posé et je me suis dit : ‘Ça a fait de toi le G.O.A.T.’. C’est sans doute l’une des seules fois dans ma carrière où je me suis dit : ‘M****, tu viens de faire quelque chose de vraiment spécial. […] Tout le monde disait que cette équipe des Warriors qui avait fini la saison à 73-9 était l’une des meilleures jamais assemblées. Je n’ai pas eu vraiment le temps de prendre du recul et de réfléchir là-dessus, mais ça a clairement été un moment marquant » a-t-il déclaré en toute humilité.

Michael Jordan, en 2009, n’avait quant à lui jamais voulu tenir ce genre de propos ni se mettre outrageusement en avant. « Cette discussion, quelque part, je n’en veux pas. Je trouve que c’est un manque de respect envers des gens comme Wilt Chamberlain ou Jerry West, qui ont marqué la ligue avant moi mais que je n’ai jamais pu affronter. Quel que soit le titre que l’on veut me donner, je n’ai pas pu jouer contre ces légendes qui étaient là avant moi. Quand j’entends parler de ça, je fuis un peu la question parce que personne ne peut savoir. Je n’ai jamais eu la chance de jouer contre ces gars. J’aurais adoré pouvoir le faire. Si vous dites que je suis meilleur que ces gens-là, c’est votre opinion. J’accepte cet avis, mais si vous me le demandez, jamais je ne dirai que je suis le meilleur joueur de l’histoire, justement parce que n’ai jamais pu jouer contre ces joueurs qui ont représenté la ligue avant » avait-il alors déclaré.

« Nous avons déjà grillé nos cartouches »

Profitant d’une trêve arrivée au bon moment pour Pepinster, Kevin Snakers analyse le premier tour des Pépins et la deuxième partie de saison à venir.

« J’adore ce championnat de R1 » s’exclame Kevin Snackers. « En plus d’être d’un bon niveau, il y a énormément de derbies, ce qui offre de grosses ambiances pendant les matchs et, surtout, après (rires). Avec seize équipes, c’est chouette d’avoir un calendrier bien rempli et cela rend le championnat très intéressant.« 

Après avoir vaincu brillamment Nivelles, Pepinster s’est incliné par trois fois avant de sauver les meubles contre Cointe juste avant Noel. « La trêve arrive au bon moment pour nous » souffle l’ailier pépin. « Jusqu’à la victoire contre Nivelles, nous réalisions un super début de championnat et étions pleinement dans notre plan de match. Ensuite, ce fut catastrophique. Nous perdons au buzzer à Loyers, puis, deux jours plus tard, ce fut la déroute totale au Royal IV avant de perdre à nouveau contre Gembloux, quasiment au buzzer sur un shoot à trois points via la planche. Trois défaites rageantes car nous devions remporter ces matchs pour être dans le bon wagon. »

Des revers qui compliquent quelque peu les objectifs des Pépins qui restent, malgré tout, ambitieux. « Ces défaites nous ont fait mal et nous avions un peu perdu notre beau jeu du début de championnat. Toutefois malgré cette fin de premier tour catastrophique, nous restons dans le groupe de tête et placés pour une place en Playoffs, ce qui est l’objectif du club » nuance Kevin. « Il n’y a donc, entre guillemets, rien de mal fait mais nous avons déjà grillé nos cartouches pour le second tour. Nous allons devoir rester soudés, retrouver un basket fluide pour remporter un maximum de victoires et figurer à la meilleure place possible au moment d’entamer les Playoffs.« 

« Les derbies sont encore plus chauds »

Après des débuts laborieux, Esneux a connu un vrai déclic en TDM2 et prouvé sa valeur dans la division. Martin Gillotay, précieux comme toujours pour les Dragons, jette un oeil dans le rétro pour Liège & Basketball.

« Notre premier tour est plus que mitigé. Démarrer par un zéro sur sept est toujours compliqué mais nous avons su réagir à un moment clé et nous terminons par un encourageant quatre sur six. La trêve ne tombe d’ailleurs pas au meilleur moment pour nous » s’esclaffe Martin Gillotay. « Je suis assez content de la réaction qu’a eue le groupe. Nous étions dans le trou durant un moment et nous avons continuer à travailler pour relever la tête. »

Une notion de travail que met en exergue le shooteur esneutois. « Il faut être plus régulier pour pouvoir continuer notre progression. Le travail à l’entrainement est important et nous devons continuer à bosser en équipe en attaque et en défense lors des matchs qui vont arriver » prévient-il. « Le déclic pour nous fut notre victoire à Ninane. Nous venions de remporter notre premier match chez nous contre Aarschot. Nous avions enfin trouvé une dynamique positive et nous voyons le résultat sur la fin du premier tour. »

Avec de nombreuses équipes dans un mouchoir de proche, la suite de la saison s’annonce passionnante en TDM2A. « Le championnat est, cette année, encore un peu plus relevé que l’année précédente. Il y a vraiment de grosses cylindrées du côté flamand et les derbies sont encore plus chauds cette saison en région liégeoise. Personnellement, en-dehors de notre mauvais départ, c’est un championnat très agréable à disputer » conclut Martin.

« Le niveau de la R1 est plus relevé cette année »

Profitant de quelques jours de répit après une première moitié de saison plus que chargée, Liège & Basketball est allé à la rencontre de Maxime Grégoire pour évoquer le premier tour de ce championnat de première régionale et les futures échéances des Grenouilles.

Maxime, quel bilan tires-tu de votre premier tour?

Un bilan mitigé évidemment car nous espérions quand même mieux. Toutefois, il faut aussi reconnaitre que nous n’avons rien eu pour nous. Nous avons eu beaucoup de blessés et la balle n’a jamais roulé en notre faveur lors des fins de matchs serrées. Bref, nous devions mieux faire mais les circonstances font que cela n’est pas dramatique.

De quoi es-tu satisfait?

Je suis satisfait du groupe solidaire que nous formons! Nous sommes tous les uns derrière les autres et cela va finir par payer. Nous avons une mentalité de guerrier que nous ne pouvons pas nous enlever. Nous sommes soudés et c’est important au regard des moments difficiles que nous avons connus et que nous connaissons toujours à l’heure actuelle.

« Un groupe soudé »

Que vous faut-il encore améliorer?

Il faut encore nous améliorer dans beaucoup de secteurs… Quand on se situe dans le bas du classement, c’est difficile de dire qu’il n’y a pas grand chose à améliorer… J’espère que nous pourrons également compter sur un peu plus de chance dans cette nouvelle année et récupérer tous nos blessés afin d’être enfin au complet.

Quel est, selon toi, le fait marquant de ce 1er tour?

Le fait marquant de ce premier tour est sans doute le nombre d’équipes très proches dans le classement. C’est très serré, mis à part les deux premiers qui semblent s’échapper pour une lutte pour le titre à deux.

Donc le titre va se jouer, pour toi, entre Nivelles et SFX?

Oui, mais ce n’est que mon opinion.

« Le maintien devient notre objectif »

Quels sont vos objectifs pour le second tour?

Il va falloir engranger le nombre de victoires nécessaire pour se sauver. L’objectif se situe clairement là: le maintien

Que penses-tu de ce championnat de R1?

Ce championnat de R1 est assez relevé cette année, plus relevé que les années précédentes selon moi. Tout le monde peut battre tout le monde et des surprises s’opèrent au niveau du classement. Je pense notamment à Saint Louis et à Gembloux qui font une très belle première partie de saison et qu’on attendait pas forcément la… C’est un très beau championnat et il faudra batailler jusqu’au dernier match, que ça soit dans le peloton de tête pour les playoffs et le titre ou dans la bas pour se sauver!

D’ailleurs la particularité d’avoir le Centre de formation qui ne peut pas descendre perturbe-t-il un peu la lutte pour le maintien d’après toi?

C’est clair que c’est une donnée importante à prendre en compte! Mais de là à dire que cela perturbe, je ne pense pas car tout est clair dès le début et tout le monde sait à l’avance de quoi il retourne.

Vince Carter est éternel

Vince Carter est éternel! A bientôt 42 ans, Vinsanity s’est fendu de 21 points pour aider les Hawks à vaincre les Cavs.

Quelle longévité! A bientôt 42 ans, Vince Carter est toujours bon pied, bon oeil, et l’a rappelé aux Cavs. Face à Cleveland, Carter a compilé 21 points 7/11 dont 4/7 à 3-pts, record de saison, pour aider les Hawks à l’emporter.

« Je suis juste là pour faire mon boulot, peu importe lequel, mettre des shoots, jouer dur pour ces gars. Mettre des shoots quand ils ont besoin. Je fais ça depuis longtemps donc je suis à l’aise. Je suis juste content de pouvoir faire ce qu’on me demande, c’est-à-dire quand j’ai des shoots ouverts, les mettre. Plus que tout, je voulais apporter de l’énergie. Je ne suis pas le plus jeune, mais je veux jouer le plus dur. J’espère que jouer comme ça est contagieux » a déclaré Carter après sa performance.

Saison terminée pour Jean Mur

John Wall met fin à sa saison et va devoir passer sur le billard.

Bonne ou mauvaise nouvelle pour les Wizards? Difficile à dire tant tout semble aller de travers dans la Capitale. La franchise a annoncé samedi soir que John Wall avait opté pour l’opération afin de soigner une ostéophyte (une excroissance osseuse) au talon. Le meneur de Washington devrait ensuite observer une rééducation de six à huit mois qui le tiendrait éloigné des parquets jusqu’à la prochaine saison.

Divine idylle interrompue à Liège

Liège Basket et son nouveau pivot américain ont décidé de se séparer.

Le nouveau pivot américain de Liège Basket n’aura pas fait long feu dans la Cité Ardente. Le club Principautaire et Teddy Hawkins ont décidé de se séparer, l’intérieur n’ayant participé à aucune rencontre de championnat. « Après deux semaines de tests médicaux et physiques, VOO Liège Basket et Teddy (Hawkins) ont décidé d’un commun accord de ne pas continuer l’aventure ensemble. Teddy n’est pas à 100% et VOO Liège Basket a des échéances importantes dès le 11 janvier. Le staff remercie Teddy et son agent pour leur honnêteté. Le staff est déjà en négociation pour dénicher le poste 5 qui manque à l’équipe » peut-on lire sur la page Facebook de VOO Liège Basket.

Comblain et Sainte Walburge en pôle position

En P3A Dames, Comblain et Sainte Walburge se livrent une lutte sans merci pour la pôle position.

Sauf surprise, le titre devrait se jouer entre Comblain et Sainte Walburge en P3A Dames. Comblinoises et Sang et Marine possèdent un bilan identique -une seule défaite en huit matchs- et une avance confortable sur Flémalle, seul équipe pouvant encore s’immiscer dans le duo de tête.

Haneffe a pris une option sur le titre

En P2B Dames, Haneffe, meilleure attaque et deuxième meilleure défense, semble avoir pris une sérieuse option sur le titre de champion.

Difficile d’imaginer Haneffe ne pas être sacré champion en fin de saison en P2B Dames. Les Hesbignonnes ont remporté toutes leurs rencontres de championnat depuis le début de saison (13 au total) et comptent trois victoires d’avance sur Alleur et Blegny, leurs plus proches poursuivants.

Mieux, avec près de 80 points marqués et 50 points encaissés par match, Haneffe possède la meilleure attaque et la seconde défense du championnat. Des statistiques qui ne trompent pas sur la valeur du leader de la série.