Vince Carter en route pour un dernier tour de piste

A 42 ans, Vince Carter s’offre une dernière danse avec les Atlanta Hawks.

A 42 ans, Vince Carter repart pour un tour. L’ancien roi du dunk – qui ne dédaigne pas en claquer encore de temps en temps – s’est entendu avec Atlanta pour prolonger l’aventure d’une saison.

Encore productif la saison passée avec 7 points par match, « Vinsanity » reprendra son rôle de mentor auprès de la talentueuse jeunesse des Hawks. Joueur le plus âgé en activité, Carter entamera sa vingt-deuxième saison dans la grande ligue et battra ainsi un record de longévité. Nul doute que Vince, unanimement apprécié par ses pairs et par les fans, devrait être célébré à chacune de ses sorties.

« Jaco a maintenu Huy en première période »

Emmenés par un super trio Massot/Gaudoux/Piedboeuf, Waremme a dominé Huy dans le derby Mosan. Stéfan Germay, toujours blessé, revient sur la victoire 58-92 de ses couleurs.

Après un premier quart équilibré, Waremme profitait du bon passage de Sacha Massot (23 points) pour creuser l’écart. A la pause, le marquoir affichait 34-43. La reprise était nettement en faveur de Gaudoux (19 pions), Piedboeuf (16 unités) et des Wawas qui déroulaient pour s’imposer 58-92 face à Jaco (15 points) et la jeunesse hutoise.

Stéfan, comment évolue ta blessure?

Ma cheville se rétablit mais c’est encore trop tôt pour disputer un match et cela ne sert à rien de prendre des risques.

Es-tu satisfait de cette large victoire à Huy?

Bien sûr. Vu nos blessés, nos rotations sont limitées et ce n’est jamais évident d’évoluer dans pareille configuration. De plus, nous avons affiché une bonne mentalité, surtout en seconde période où notre agressivité fut un cran au-dessus.

Selon toi, qu’est-ce qui a fait la différence en votre faveur?

Notre impact physique à l’intérieur fut prépondérant car cela occupe l’adversaire et libère des joueurs. De plus, en seconde période, nous avons mieux contenu Jaco qui avait maintenu Huy en première mi-temps.

« Ouf! »

Cardiaques s’abstenir! A domicile, Hannut l’a emporté d’un tout petit point face au leader Ensival. David Beck nous fait revivre les ultimes moments de ce choc à suspens. Savoureux.

C’est sur le score de 59-58 qu’Hannut s’est imposé contre Ensival. « C’est la première fois depuis que je suis à Hannut que je gagne un match avec 59 points marqués » sourit David Beck.

David, comment expliques-tu votre « performance » offensive?

Il n’y avait pas d’intensité entre les deux lignes de lancers-francs, aucune vitesse d’exécution lors des systèmes de jeu et nous en sortions même très facilement après deux passes. Par contre, notre défense fut excellente en limitant très fortement Genet!

C’était l’affiche du weekend en première provinciale et, au niveau du suspens, il a tenu toutes ses promesses!

Le match fut en effet serré toute la partie. Le plus gros écart en notre faveur eu lieu à deux minutes du terme. Nous comptions alors huit points d’avance avant de laisser Demez faire mouche à deux reprises. A six secondes de la fin, l’Ensivalois obtient deux lancers. Il rate le premier et marque le second.

Vous comptez alors un point d’avance.

Oui, je prends un temps-mort afin d’avoir la rentrée de l’autre côté et je demande à ce que cela soit Blanchy qui reçoivent la balle afin d’obtenir les deux lancers car Ensival devait faire faute. A ma plus grande surprise, c’est Bollaers – qui était malade et ne faisait pas un grand match – qui hérite du cuir. J’étais déjà furax!

Il reste alors trois secondes et ton pivot se présente sur la ligne de réparation.

Je lui demande de marquer le premier, mais il rate. Je lui intime l’ordre de rater le second, ce qu’il fait mais sans toucher l’anneau! Le coach adverse prend alors logiquement temps-mort pour obtenir la rentrée de l’autre côté. Demez reçoit la balle, se jette dans les bras d’un de mes joueurs et, heureusement, cette dernière tentative s’avère non-concluante!

Tout est qui fini bien?

Ouf! Nous avons joué avec le feu mais nous sommes les premiers à avoir fait tomber les leaders et nous en sommes fiers.

Léo Goyens, champion avec le Standard, n’est plus

Emma Meesseman et Max De Zeeuw en action, les Giants anversois vers la qualification : ce sont les infos d’EMCE.

Francos à l’export : programme minimum

Avec pas mal d’éléments évoluant à l’étranger blessés et un programme féminin réduit à sa plus simple expression, on aura fait vite fait le bilan du week-end hors de nos frontières. Cap donc sur l’Espagne où Obradoiro s’est lourdement incliné (96-64) à Saragosse. Maxime De Zeeuw (3 p en 7’) n’a donc pu empêcher le naufrage des siens. Quant à Pierre-Antoine Gillet, il continue de soigner son entorse à Fuenlabrada qui n’a pu éviter la défaite (79-69) à Andorre.

Décès de Léo Goyens passé à SFX, Spa et au Standard

Militaire de carrière, Léo Goyens menait ses troupes à la baguette. Avec un succès indéniable puisqu’il conduisit Spa en D3, SFX Verviers dans l’antichambre de l’élite et le Standard du tandem Korac-Steveniers au titre de champion de Belgique à la fin des années 60. Il avait aussi prodigué ses conseils à Aerschot et à Vilvorde (toujours en D1) et a été le président de l’Association Belge des Coaches. Il s’est éteint la semaine passée, à Rotselaar, à 84 ans.

WNBA : un set à zéro pour les Belges de Washington

En finale WNBA, les Washington Mystics ont de suite pris à la gorge (95-86) leurs grandes rivales de Connecticut Sun. Comme d’habitude, Emma Meesseman n’est pas étrangère à cette victoire avec 11 unités à son compteur. Kim Mestdagh, en revanche, est restée sur le banc. La seconde manche est prévue, à Washington, ce mardi à 20 heures là-bas. Soit, 2 h du matin mercredi, chez nous.

Ligue des Champions : Anvers y sera… sauf cataclysme !

On voit mal comment les Anversois de Guy Muya pourraient s’y prendre pour ne pas participer à la future phase régulière de la Ligue des Champions ? C’est ainsi qu’ils s’apprêtent à recevoir (l. 20 h) les Suédois de Södertälje nantis d’un confortable bonus de 22 points : 60-82 aux dépens de Dino Pita (photo) et des siens au match aller. Voilà qui promet de splendides affiches, cet hiver, à la Lotto Arena.

La télé crève l’écran

Avant une semaine truffée de retransmissions européennes, RMC Sport 2 proposera, ce lundi soir (21 h), « Buzzer », son magazine exclusivement réservé au basket.

Michel CHRISTIANE

« Nous fûmes particulièrement lucides »

Ce weekend dans le choc contre Waterloo, Liège a pu compter sur les trente points inscrits par Orly Nzisabira pour empocher une seconde victoire et demeurer invaincu. Saint-Louis et Sainte-Walburge ont également empoché les trois points alors que LAAJ s’est incliné à Jambes.

Seconde victoire pour Liège Basket qui conserve ainsi son brevet d’invincibilité. « Nous sommes satisfaits car Waterloo était à trois sur trois et nous sortions de deux semaines sans match » rappelle Ludo Lambermont (7 points).

Menés 33-35 à la pause, Orly Nzysabira (30 pions) et ses partenaires profitaient de la deuxième mi-temps pour arracher la victoire, 77-68. « Nous sommes restés dans un bon mood quand cela ne tournait pas trop. Quand nous avons pris l’avantage, nous fûmes particulièrement lucides dans nos choix et l’exécution de nos attaques. C’est encourageant pour la suite.« 

Saint-Louis a également enchainé en allant s’imposer 74-87 à Ciney. Les Collégiens qui menaient 38-39 à la pause ont pu compter sur une excellente paire Francoeur/N’tumba (45 unités à eux deux) pour empocher les trois points. « Nous sommes super contents de ce résultat. Nous avons bien joué en équipe et sommes restés soudés ainsi que le souhaitait le coach » nous résume Dorian Muller.

Victoire également pour Sainte Walburge (le résumé complet est ici) à Vieux Campinaire, 63-71. La contre-performance du weekend est venue de LAAJ. Les jeunes Brasseurs se sont inclinés de trois points, 87-84, chez les tout aussi jeunes du Centre de formation.

Crédit photo: Philippe Collin

« Les raisons du succès sont simples »

A Vieux Campinaire, la R1 de Sainte Walburge a renoué avec la victoire. A domicile, la P1 des Sang et Marine a craqué en seconde période face à la prolifique attaque de l’Etoile Jupille et à une paire Bastin/Lamborelle intenable.

A Vieux Campinaire, Kevin Snakers et ses coéquipiers ont renoué avec la victoire. Une victoire 63-71 qui fait du bien au groupe de Christian Camus. « Les raisons du succès sont assez simples » avance Jean-Pierre Darmont. « Nous étions enfin au complet et nous fûmes directement tous concernés et concentrés. Nous avons contrôlé la rencontre même si l’adversaire est revenu dans le dernier quart. »

A domicile, la P1 des Sang et Marine a craqué en seconde période face à l’attaque pétaradante de l’Etoile Jupille. Menés 47-50 à la pause, Clément de Liamchine (17 unités) et ses coéquipiers voyaient Bastin (31 pions), Lamborelle (28 unités), Moray (19 points) et les Jupillois scorer avec une régularité redoutable pour remporter la victoire sur un score NBA: 92-117. « La victoire est au rendez-vous et elle nous permet de rester leader de la P1 en compagnie de St Louis » écrivait Michel Nihon sur les réseaux sociaux qui dédiait ce succès à « notre fidèle supporter Yvan Theek. » Liège & Basketball adresse ses plus sincères condoléances à Vincent Theek ainsi qu’à toute sa famille et ses proches.

Les pivots d’Aywaille sont au rendez-vous

Grâce à son excellent duo de pivots, La Spéciale Aywaille remporte sa première victoire de la saison face à une accrocheuse équipe de la Vaillante Jupille.

Ce dimanche 22 septembre, La Spéciale Aywaille accueillait La Vaillante Jupille pour son premier match de la saison à domicile. Des retrouvailles entre deux formations qui sont versés pour la troisième année consécutive dans la même série en P3.

Le début de match était équilibré et un super Coemans (8 points consécutif dans le premier quart et 12 unités sur l’ensemble du match) permettait aux Jupillois de virer en tête après dix minutes, 16-18. Les locaux, emmenés par un duo d’intérieurs performants (39 points pour la paire Wey/Laval), profitaient du second quart pour revenir à hauteur de leur adversaire et passer devant. A la pause, le marquoir affichait 36-32.

Le troisième quart était particulièrement défensif. Van Roy (10 pions) et ses coéquipiers prenaient jusqu’à sept points d’avance mais deux triples consécutifs de Renard (8 unités) et Didden (3 pions) permettaient au Jupillois de faire 41-42 sous les cris d’encouragements de leur banc. Ce sera pourtant la dernière fois que les visiteurs mèneront au score. Sans paniquer et malgré quelques pertes de balles coupable et choix offensifs hasardeux, les Aqualiens allaient encore davantage solidifier leur défense. A la demi-heure, c’était 46-44. Koch (6 points) et ses partenaires se démenaient comme de beaux diables pour s’imposer finalement 66-53 face à des Jupillois qui craquaient sur la fin.

A noter la belle prestation de la très jeune paire arbitrale et la chouette ambiance mise par les Jupillois dans la cafétaria après la rencontre. Un domaine dans lequel la Vaillante se montre Redoutable!

La Spéciale Aywaille – Vaillante Jupille B : 66-53

Score par quart-temps : 16-18 / 20-14 / 10-12 / 20-9

La Spéciale Aywaille : Laval 20, Vandersanden 3, Vanlaar 3, Van Roy 10, Koch 6, Moreau 5, Wey 19.

Vaillante Jupille B : Demarteau 6, Coemans 12, Remacle 8, Henry 7, Didden 3, Bosseloir 3, Blondiaux 6, Thirionet 0, Renard 8.

Le jeune Delvoye s’illustre avec des Carriers victorieux

Ce weekend, Sprimont, Comblain, Pepinster et Tongres l’ont emporté alors qu’Esneux, Belleflamme, Saint-Michel et Ninane se sont inclinés. Un bilan mitigé pour cette quatrième journée de championnat en TDM2.

« Ce sera un match difficile comme tous les matchs en divisions 3 » avait prévenu Robin Malpas avant de se rendre à Malines. « Je ne connais guère l’équipe adverse, je ne sais pas trop ce qu’elle vaut mais nous devrons être réguliers et pas seulement par séquences. » A l’ombre des casernes, Perrier (23 unités), le jeune François Delvoye (10 pions) et leurs coéquipiers démarraient parfaitement pour mener 17-24 après dix minutes. Le second quart voyait les locaux réduire l’écart. A la pause, le marquoir affichait 38-40. La deuxième mi-temps était âprement disputée, les deux équipes se rendant coup pour coup. Boxus et les Carriers ne craquaient pas et s’imposaient 80-84.

« Nous sommes évidemment satisfaits de cette victoire qui est, selon moi, liée à notre agressivité défensives à nos contre-attaques » nous confie Gaetan Hertay qui estime que Sprimont aurait du compter une victoire supplémentaire (contre Woluwé). « Je me sens bien dans l’équipe malgré quelques problèmes de dos. J’aimerais apporter davantage. »

Ce dimanche, c’était le jeune François Delvoye qui était remontée un « coucou » à Malines. « Il a fait une bonne rentrée » salue Gaetan. « Dommage qu’il rate beaucoup d’entrainement à cause de son genou (tendinite).« 

Victoire aussi pour Pepinster à Vilvorde, 72-74 sur un lay-up de Thibaut Julémont. Un succès glané au caractère par les Pépins. « En deuxième période, nous sommes revenus de moins dix à égalité avant de repartir de nouveau à moins sept pour finalement passer devant, marquer sur notre dernière attaque et bien défendre derrière pour assurer la victoire » nous explique Jordan Maucourant (19 points en 7 minutes!). L’entretien complet est ici.

Comblain débloque son compteur

Première victoire de la saison pour Comblain, vendredi, à domicile contre Hasselt, 77-74. « La différence s’est faite en défense » nous confiait Rémy Collard. « Une fois que nous avons su mettre une grosse intensité défensive, Hasselt a davantage souffert pour attaquer l’anneau. Un facteur non-négligeable tant la force de cette équipe réside dans ses pénétrations. » Le reportage complet est ici.

Victoire aussi pour Tongres et Julien Walravens grâce à une excellente prestation défensive. « Offensivement, nous avons éprouvé quelques difficultés à mettre la balle dans l’anneau mais nous avons pu nous reposer sur une excellente défense pour repartir avec la victoire. A n’en pas douter, n’encaisser que 49 points à l’extérieur est très satisfaisant » nous expliquait l’ailier liégeois dans une interview.

Troisième quart fatal pour Ninane

Revers en revanche pour Ninane contre le Neufchâteau de Marc Hawley. Malgré un bon Dedave (16 pions), le mauvais troisième quart des locaux se payait cash en fin de rencontre et voyait les Chestrolais l’emporter 70-74. Le reportage complet est ici.

Revers également pour Belleflamme à Geel, 86-78. Les Haricots, meilleurs offensivement qu’en début de championnat, se sont admirablement battus mais sont tombés un poil trop court chez cette solide formation de TDM2. Défaite en déplacement aussi pour Saint-Michel à Gistel. Les Collégiens ont explosé d’entrée pour se retrouver mener 50-33 à la pause. Malgré l’apport de Malempré, Casamento (14 points chacun), Akinbodu (16 unités) et Bruwier, les Verviétois s’inclinaient largement 93-69.

C’est par contre à domicile qu’Esneux s’est incliné, 69-73. Une défaite qui trouve son origine dans le mauvais début de match des Dragons. « Nous avons manqué de réussite à distance – il faudra travailler cela afin que cela ne se reproduise plus – et, malgré cela, nous étions revenus très près de Willebroek en fin de rencontre. Mais trop d’erreurs commises en début de match nous ont pénalisés » résumait Quentin Vanoost à l’issue de la rencontre. Le reportage complet est ici.

« Aubel est désormais seul leader »

Quatrième victoire de rang pour Aubel, désormais seul leader en R2A. Alexandre Bousmanne, de retour sur les parquets pour 7 points, passe à l’interview.

Face à des Bastognards accrocheurs, Aubel a remporté une quatrième victoire de rang en championnat et conservé son brevet d’invincibilité. Après un premier quart équilibré (20-19), Klassen, Gerarts – tous les deux auteurs de 22 points – et leurs coéquipiers allaient exploser les visiteurs pour rejoindre les vestiaires avec une confortable avance: 46-29.

A la reprise, devant la belle assemblée herbagère, les locaux allaient définitivement plier la rencontre. A la demi-heure, le marquoir affichait 71-45 et Gorlé, Perin – 12 points chacun – et leurs partenaires déroulaient pour s’imposer 84-54.

Alex, tu as de quoi être satisfait de cette quatrième victoire?

Oui et nous avons plusieurs raisons d’être satisfaits: nous ne sommes pas tombés dans le piège tendu par Bastogne, Aubel est désormais seul leader et nous avons récupéré tout notre noyau. En effet, Manset a participé à l’échauffement.

La rencontre en elle-même est moins source de satisfaction?

Nous sommes tombés sur une équipe accrocheuse. Nos adversaires se sont battus sur tous les ballons et on jeté toutes leurs forces dans la bataille. Nous avons plié cette rencontre dans les deuxièmes et troisième quart-temps mais n’étions pas hyper efficaces lors des deux autres. Il faut reconnaitre que le spectacle fut de piètre qualité, avec beaucoup de fautes parfois à la limite de la correction. Mais l’essentiel est là, nous avons gagné et allons profiter d’une semaine plus light – ce sera le mariage de Raph Perin ce weekend – pour récupérer tout le groupe.

Le match commenté par Vedia est ici.

« Les retours sont assez festifs »

A Vilvorde, Jordan Maucourant et Pepinster ont décroché la victoire, 72-74, sur un lay-up de Thibaut Julémont. Liège & Basketball s’est entretenu longuement avec Jordan Maucourant, meilleur marqueur des siens en seulement sept minutes et malheureux blessé.

Après dix minutes en forme de feu d’artifice, les deux équipes étaient à égalité. Les visiteurs profitaient d’un Jordan Maucourant on fire (19 points). Malheureusement, le meneur se blessait après sept minutes de jeu et son absence se faisait ressentir dans un second quart bien moins prolifique. A la pause, Pepinster était mené 42-37 mais profitait de la reprise pour recoller au score et passer devant. A la demi-heure, Maréchal (14 pions) et ses coéquipiers étaient devant: 55-57. Dans la dernière ligne droite, les locaux parvenaient à repasser en tête mais Nyssen (16 unités) d’un triple et Julémont (7 points) sur un lay-up fixaient le score à 72-74 et offraient la victoire à leurs couleurs.

Jordan, une victoire à l’arraché, c’est toujours bon à prendre?

Oui, je suis très satisfait. Elle fait plaisir cette victoire.

Selon toi, quels facteurs expliquent ce résultat positif?

Notre caractère, principalement. En deuxième période, nous sommes revenus de moins dix à égalité avant de repartir de nouveau à moins sept pour finalement passer devant, marquer sur notre dernière attaque et bien défendre derrière pour assurer la victoire.

Tu étais « on fire » en début de match. N’est-ce pas trop frustrant d’avoir du quitter tes coéquipiers alors que tu tenais la grande forme?

Si, c’est clairement frustrant mais le plus important reste la victoire!

D’ailleurs, quelle est la gravité de ta blessure?

J’irai chez le kiné mardi mais depuis hier (ndlr: dimanche), il m’est impossible de poser le pied au sol.

« Impossible de rivaliser avec Pepinster niveau public »

Que penses-tu du niveau de jeu en TDM2 et qu’est-ce qui diffère de la R1?

Le jeu est plus physique, plus intensif et rapide même si la R1 reste une division qui est, pour moi, de plus en plus solide.

Les déplacements, plus longs, ne sont pas trop difficile à encaisser?

Ce dimanche, nous avons eu un « petit » déplacement à Vilvorde comparé à notre périple jusqu’à Gand! Mais, avec deux victoires en déplacement, les retours sont assez festifs dans les voitures. Les déplacements et la distance ne sont plus alors vraiment un problème (rires).

Les installations des clubs flamands sont-elles plus impressionnantes qu’en Wallonie?

Oui, c’est mon impression. Il s’agit de grands halls, avec de larges gradins. Nous n’avons visité que de belles salles en déplacement tant qu’à présent, que cela soit en Coupe ou en championnat.

Et niveau public?

De ce côté là, impossible de rivaliser avec Pepinster!