McKinnie épate la galerie

    

Le joueur des Warriors passé par les divisions inférieures au Luxembourg a sorti un solide double-double contre les Bulls.

    

Alfonzo McKinnie progresse a vue d’oeil! Lors de match contre les Bulls, outre Klay Thompson et son mémorable record, « Alfonzo-le-Luxo » obtenait 27 minutes de temps de jeu et en profitait pour améliorer encore ses stats avec 19 points et 10 rebonds. Mais, où s’arrêtera donc l’ex-sociétaire des « Pirates » de Wasserbillig ?

Les Buffalos avaient mangé du lion!

   

Grosse démonstration de Grâce-Hollogne ce weekend contre Huy en P3B. Les locaux l’ont emporté 108 à 26.

    

Face à la seule équipe sans victoire de la série, Grâce-Hollogne n’a pas fait dans le détail. Emmenés par un Julien Wéry des grands soirs (30 points), les locaux prenaient directement une confortable avance. Après dix minutes, c’était déjà 29 à 8. Le second quart-temps confirmaient les bonnes dispositions des gars d’Hervé Odeurs qui rentraient aux vestiaires avec une avance conséquente. C’était 61 à 16 à la pause.

La suite était du même acabit et Huy souffrait mille maux face à des Buffalos plus que solides. Si les locaux franchissaient allègrement la barre 100 points, le fait de ce match fut, sans aucun doute, l’incapacité des visiteurs à inscrire plus de 8 points par quart-temps. Avec seulement dix points marqués en seconde période, les Hutois établirent sans doute un record négatif. 

TP a encore de beaux restes

    

Tony Parker a sorti une très grosse performance pour aider les Hornets a battre le Heat.

   

Non, Tony Parker n’est pas en pré-retraite à Charlotte. Si le meneur français n’a plus les jambes de ses vingt ans, il est toujours capable d’aider son équipe et de sortir de grosses prestations, comme cette nuit face à Miami. « On avait besoin d’un gars pour contrôler le tempo derrière Kemba et il s’en sort très bien pour l’instant » reconnait son compatriote et coéquipier, Nicolas Batum. « C’est un quadruple champion NBA avec beaucoup de fierté et de crédibilité. Il ne se satisfait pas juste de cette victoire. Je pense que son attitude calme tout le monde. Il n’est pas impressionné sur le terrain. »

Avec 24 points et 11 passes décisives en seulement 25 minutes, TP a porté les Hornets sur ses épaules et permis à sa formation de remporter une victoire importante contre le Heat, un concurrent direct pour les Playoffs, l’objectif avoué du Français. « J’étais sérieux parce que c’est important pour moi », confie TP. « J’ai le sentiment d’être un gagnant. J’ai connu beaucoup de succès dans cette ligue et c’est pour ça qu’ils m’ont signé. »

Le collectif d’Hannut domine Belleflamme

   

Mardi soir, en match décalé de première provinciale, Hannut a vaincu Belleflamme, 85 à 69.

    

Cet étrange horaire de match à porté chance aux Hesbignons qui n’ont pas trébuché face aux Haricots. « Victoire collective avec six joueurs à plus de dix points » souligne David Beck sur son compte Facebook. « Il nous a manqué un peu de lucidité dans les moments importants » regrette Cédric Deplus. « A plusieurs reprises, nous sommes revenus à trois ou cinq points avant de rater nos attaques et d’être aussitôt sanctionnés par nos adversaires. Notre mauvais début de match -cinq minutes sans marquer- ne nous a pas aidé non plus.« 

Blanchy et ses coéquipiers présentent désormais un bilan de quatre victoires en six rencontres et rejoignent l’Etoile Jupille à la quatrième place au classement. Belleflamme possède un bilan parfaitement inverse de celui de leur adversaire du soir et occupe la neuvième place au général. « Nous ne nous portons pas mal et avons déjà réalisé un meilleur début de championnat que la saison dernière » souligne Cédric Deplus. « Nous montrons de belles choses collectives par moments mais ce serait bien de réaliser cela sur l’entièreté des rencontres. »

« Notre mobilité fut une force »

   

Dans la rencontre entre les P3 invaincues d’Henri-Chapelle et d’Alleur, ce sont les visiteurs qui l’ont emporté, 70 à 94, et poursuivent l’aventure en Coupe de la Province.

   

Ce duel entre deux formations invaincues à tourner à l’avantage des visiteurs. « Nous nous sommes déplacés sans pivot et sans notre coach » nous précise Nicolas Borguet d’Alleur. « Mais ne pas avoir de pivot fut une force en défense car notre mobilité fut bien utile pour empêcher les passes à l’intérieur. Cela nous a aussi permis d’avoir cinq shooteurs sur le terrain et nous avons connu de la réussite aux moments opportuns.« 

L’adresse visiteuse fut l’un des éléments déterminants de cette partie. « Malgré les différents changements défensifs, nous n’avons pas su contrer les shooteurs de cette très bonne équipe d’Alleur, qui joue à la perfection sur ses qualité. Nous allons nous servir de cette défaite et de nos erreurs pour repartir de l’avant en championnat » conclut Fred Carton, l’entraineur d’Henri-Chapelle.

« Agressivité »

    

Ce mercredi, Prayon se rendra à Tilff pour tenter de décrocher son billet pour les huitièmes de finale de la Coupe de la Province. François Sgobba préface cette rencontre.

   

François, quel mot utiliserais-tu pour définir votre match de Coupe contre Tilff?

Agressivité est sans doute le terme le plus approprié car une grosse défense nous permettra de contrôler le rythme du match. De plus, tous nos joueurs sont très motivés.

Qu’est-ce qui te plait dans cette compétition?

Ce que j’apprécie, c’est l’opportunité de rencontrer des formations de divisions supérieures à la nôtre.

Face aux Porais, quels seront les facteurs à ne pas négliger? 

Il faudra opter pour un jeu physique en contrôlant le rebond offensif et imprimer notre rythme en attaque.

Patins liégeois, neige ostendaise et bière anversoise

    

Les Carnets du basketteur, saison 2! En près de quarante ans de carrière, Michel Christiane a accumulé une kyrielle de souvenirs et d’anecdotes. De Fond-de-Forêt à Barcelone.

    

Disputer des matches, c’est souvent génial. Encore faut-il pouvoir se rendre au terrain. Vous l’aurez compris, ma chronique hebdomadaire sera consacrée à des déplacements sortant des sentiers battus. Et ce, au travers du temps puisque la première étape se situe dans les années ’40 et m’a été un jour contée par André Debatty, un des membres fondateurs du club de Spa… « A la sortie de la seconde guerre mondiale, on effectuait les trajets en vélo. Les arbitres étaient dès lors désignés en fonction leur région de résidence. Je faisais exception à la règle car, même si j’habitais la cité thermale, je demandais toujours pour siffler, le dimanche matin, à Liège ou dans les environs. Je devais me lever à la fine pointe de l’aube mais, la rencontre terminée, je m’empressais de mettre le cap sur la patinoire de Coronmeuse où s’entrainait, en début d’après-midi, une jeune championne de Belgique de patinage artistique qui allait devenir ma femme. » Une histoire de patins, quoi ! 

Les trois autres anecdotes ont trait à diverses « expéditions » pepines aux quatre coins du royaume. On est pendant une des premières saisons du cercle hoëgnard au plus haut niveau et, ce soir-là, je couvre, pour Le Jour, le duel se déroulant à Quaregnon, l’antre du regretté président Lheureux. La bonté faite homme. On est plusieurs collègues dans le même véhicule et c’est toujours le bon temps où l’on ne doit pas encore trop faire attention aux radars. Même si la limitation de vitesse est déjà fixée à 120 km/h. On trace donc de Verviers à Seraing. A ce moment, une voiture de police monte sur l’autoroute. Comme on peut s’en douter, elle observera la réglementation en vigueur jusqu’à la sortie de… Mons. Soit, sur une distance interminable de 130 bornes. Je vous laisse imaginer l’énorme file ainsi engendrée et la tête de notre chauffeur qui a failli « bouffer » son volant à plusieurs reprises. 

C’est le plein hiver et les locataires du Paire doivent se coltiner leur plus long déplacement de l’année. Autrement dit, à Ostende. Pas moyen d’aller plus loin ! Au départ de Wegnez, il neigeote. Sans conséquence majeure jusque-là. Mais, plus on avance, plus les flocons tombent en rangs serrés. Il fait carrément blanc au littoral. A la sortie de la salle, on saisit rapidement que les éléments se sont déchaînés pendant le match. Pour preuve, les bulletins de radioguidage recommandent de ne sortir de chez soi qu’en cas d’extrême urgence. Parmi les quelques supporters pepins, les plus prudents logeront sur place, d’autres – à bout de nerf – feront escale à Gand ou à Bruxelles alors que le bus des joueurs ne rejoindra le Paire qu’un gros paquet d’heures plus tard. 

Lors de sa première apparition au sein de l’élite, le club de Willebroek était principalement sponsorisé par « Duvel ». Du coup, cette excellente, mais traitresse bière coulait à flot (et quasi) gratuitement à « De Schalk », la cafeteria locale. Raison pour laquelle, l’immense majorité de la délégation principautaire avait opté pour le car comme moyen de locomotion. Je ne sais trop pourquoi mais, durant le voyage retour, celui-ci dut s’arrêter à de… multiples reprises ?

    

Michel CHRISTIANE

« Nous sommes tombés dans le piège tendu par les Pépins »

     

Bel upset réalisé par la P3 de Pepinster qui a pris la mesure de la P2 de la Vaillante Jupille, 72 à 67, et se qualifie pour les huitièmes de finale de la Coupe de la Province. Olivier Henry revient sur le revers concédé par ses troupes. 

   

Olivier, comment expliques-tu ce revers à Pepinster?

L’équipe qui en voulait le plus a gagné!

Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné pour vous?

Nous sommes tombés dans le piège tendu par les Pépins. Nous avons évolué à leur rythme en étant incapables d’imposer notre tempo durant la partie. Face à la zone adverse, nous n’avons pas converti nos shoots et pas assez alterné nos options offensives. L’écart a, dès lors, grimpé et les locaux ont compté vingt points d’avance.

Mais vous êtes parvenus à revenir?

Oui, nous avons accéléré durant cinq grosses minutes et sommes revenus à un point avant de perdre bêtement quelques ballons et de rater le hold-up. Pepinster a mené tout le match et mérite sa victoire. Je souhaite d’ailleurs bonne chance aux Pépins pour le tour suivant contre la P1 d’Hannut.

Que retenir de ce match?

Que cela fera des weekend de congé pour le reste de la saison (rires). Plus sérieusement, c’est un avertissement pour la suite du championnat où nous devrons montrer un tout autre visage afin de palier les nombreuses blessures et absences qui touchent actuellement mon groupe. J’attends une réaction dès ce samedi à Cointe!

Fonds-de-Forêt domine Belleflamme

     

En Coupe de la Province, la logique fut respectée à Fonds-de-Forêt. La P2 locale a dominé la P3 de Belleflamme, 80 à 56,  et se qualifie pour les huitièmes de finale.

    

« Comme ce n’est que notre deuxième match de Coupe et que le comité a décidé de jouer cette compétition avec une équipe mixte composée de joueuses de P2 et P3, il nous a fallu quelques minutes pour trouver des automatismes et un rythme de croisière » explique Anissa Mezouari après la rencontre.

En effet, le premier quart-temps étaient à l’avantage des visiteuses qui bénéficiaient de cinq points d’avance. Après dix minutes, Belleflamme était en tête, 14 à 20. Le deuxième quart-temps quart-temps voyait les locales repasser devant pour rejoindre les vestiaires sur le score de 34 à 26. En seconde période, Fonds-de-Forêt imposait son physique et dominait le rebond pour creuser l’écart au fil des minutes et s’imposer, logiquement, 80 à 56.

« Nous avons très bien démarré la partie avant de connaitre des difficultés face à la défense individuelle de notre adversaire. C’est très rare de rencontrer ce type de défense en P3 » analyse Sébastien Peremans, le coach des visiteuses. « Notre rebond fut catastrophique mais notre passage en individuelle nous a fait du bien et permis de revenir à huit points dans le dernier quart. Malheureusement, nous lâchons prise sur la fin et le score final ne reflète pas le match. Mais je suis content de mes filles qui n’ont rien lâché pendant 34 minutes.« 

Au prochain tour, c’est un très -très!- court déplacement qui attend les filles de Fonds-de-Forêt qui se rendront à Prayon pour y défier la P1 (les deux formations évoluent dans la même salle). « Il règne une ambiance très familiale dans ce club où je prends beaucoup de plaisir. Tout se passe à merveille entre-nous, sur le terrain et en-dehors et nous nous donnons toujours à 200% à chaque match » conclut Anissa. De quoi créer l’exploit contre Prayon?

    

Avec l’aimable collaboration de Thomas Bodson.

Amaury Gorgemans rejoint le Brussels

    

Joli coup du Basic Fit Brussels qui a signé Amaury Gorgemans.

    

« C’est officiel, Amaury Gorgemans vient de s’engager avec le Basic-Fit Brussels pour 3 ans » peut-on lire sur la page Facebook du club bruxellois. Sans contrat depuis la fin de saison dernière, l’ancien carolo va venir densifier la raquette du club de la Capitale.