Souffle nouveau à Liège Basket

 

Liège Basket poursuit sa mue et veut insuffler un nouveau dynamisme au sein de l’institution liégeoise. Retour en profondeur sur l’évolution -et non la révolution- du club principautaire.

 

C’est l’excellent site de l’AWBB qui se penche en profondeur sur le nouveau virage que prend Liège Basket.

« J’ai toujours affirmé que j’acceptais le poste de président jusqu’à ce que l’on en trouve un autre », confie d’emblée Marc Bellefroid, « Comme meilleurs souvenirs, je garde notre finale en Coupe de Belgique et nos participations aux playoffs. En revanche, il faut bien avouer que notre situation financière et sportive devenait de plus en plus difficile . Bref, qu’il était urgent de trouver un souffle et un dynamisme nouveaux. »

Et cette démarche se concrétise aujourd’hui par l’arrivée d’Olivier Rizzo aux commandes des « Sang et Marine ». Décideur au sein de la filiale belge de la multinationale ISS, le citoyen de Fernelmont fait d’abord parler son expérience professionnelle : « En réalité, j’étais un habitué du Spiroudôme avant d’être sollicité par des politiciens du cru pour m’occuper de Liège Basket. Dans un premier temps, nous allons nous atteler à stabiliser le club. Pour y parvenir, j’ai déjà pas mal de pré-accords avec d’importants partenaires qui devraient se concrétiser – voire se prolonger – dans les semaines à venir. Ce n’est qu’à ce moment-là que l’on pourra envisager avec précision notre futur budget et que notre coach aura la possibilité de mettre définitivement sur pied son prochain effectif. Quoi qu’il arrive, la formation des jeunes demeurera notre priorité absolue. » Ceci dit, on peut néanmoins vous révéler que les Mosans sont sur le point de révéler l’identité de deux renforts étrangers. D’ici là, Christophe Muytjens devient le Directeur Général du cercle principautaire.

Quant au Conseil d’Administration, il subit un très sérieux lifting, via l’apport de quatre nouveaux administrateurs : Roger Dumont (Alliance Bokiau), Munuel Dimblon (Andiman), Dominique Petta (Groupe 4M) et Philippe Dodrimont (député d’Aywaille). Un ancien champion de Belgique cycliste des parlementaires qui n’est pas étranger à l’apport d’Olivier Rizzo…

 

Michel CHRISTIANE

la France atomise la Bosnie

 

L’équipe de France, avec son contingent NBA, a atomisé la Bosnie, dernier adversaire des Belgian Lions.

 

La France qui gagne.

Une victoire nette et sans bavure, 52 à 102, pour l’équipe de France en Bosnie. Un succès obtenu avec une partie du contingent NBA français: Batum, Fournier, Gobert étaient présents et bien présents. « Batman » a compilé 9 points, 8 passes, 4 rebonds, « More Champagne » a inscrit dix points tandis que le récent Meilleur Défenseur de la ligue s’est fendu de 16 points et 8 rebonds. Nando De Colo, élu MVP de la ligue russe, a ajouté 15 points.

 

Les highlights du match sont ici.

Tyler Larson récompensé

 

L’ancien -et éphémère- meneur de Liège Basket a été sacré « meilleur transfert européen » de la saison 2017/2018.

 

Au moment de quitter Liège pour Varèse, en première division italienne, Tyler Larson menait l’EuroMillions Basketball League à l’index, figurant également en deuxième position au classement des marqueurs. Le distributeur de poche avait d’ailleurs été élu MVP du mois d’octobre de notre compétition.

En débarquant dans la cité transalpine, Larson rejoignait un club en souffrance et relégué dans les tréfonds du classement. Son arrivée allait dynamiser l’équipe qui, en sa présence, a signé un splendide onze sur quatorze pour clore le championnat et se maintenir au sein de l’élite italienne.

Son apport statistique et son influence sur les résultats de sa formation ont valu à l’Américain d’être élu « meilleur transfert européen » de la saison 2017/2018. Chaque l’artiste!

10 millions pour Steve Kerr

 

Steve Kerr a reçu une solide augmentation de la part des Golden State Warriors.

 

Signataire d’un contrat de 25 millions sur 5 ans il y a quatre ans, Steve Kerr n’a pas chômé, emmenant sa formation en finale quatre fois d’affilée et remportant le titre suprême à trois reprises.

Pour récompenser le technicien et s’aligner sur la hausse du salaire des entraineurs, le front office des Warriors a décidé de doubler les émoluments de l’ancien shooteur des Bulls. Désormais, Steve Kerr touchera 10 millions la saison et devient ainsi le deuxième coach (à égalité avec Doc Rivers) le mieux payé de la ligue, juste derrière son mentor Gregg Popovich.

DeAndre Jordan quitte les Clippers

 

C’est officiel, DeAndre Jordan a renoncé à sa dernière année de contrat et est désormais free agent. Dallas et Golden State sont chauds pour l’accueillir.

 

Il restait une année, optionnelle, de contrat à 24 millions de dollars à DeAndre Jordan. Après moult hésitations, l’intérieur californien a décidé d’activer sa clause libératoire et de devenir free agent. Les Clippers, qui ont transféré récemment Marcin Gortat, ne proposeront pas de nouveau contrat au deuxième meilleur rebondir de la ligue et l’ont déjà remercié sur twitter.

Toute la sphère NBA sait l’intérêt que Dallas porte à Jordan. Cleveland, si LeBron James reste, pourrait également se positionner. Plus surprenant, les Warriors veulent tenter le coup et attirer le pivot dans la baie d’Oakland. Limités sur le plan financier, les champions en titre veulent profiter du lien qui unit DJ et KD ainsi que sur la présence de Bob Myers, ancien agent de Jordan, comme GM.

« Je veux remonter de suite! »

 

Au terme d’une saison palpitante et à l’issue de l’ultime journée de championnat, Braives a fait la bascule à l’échelon inférieur. Pas de quoi subir de révolution de palais chez les Noirs qui gardent une grosse partie de leur effectif et veulent remonter directement en P2, comme nous l’explique leur entraineur, Thibault Wéry.

 

Thibault, quel bilan tires-tu de votre saison avec Braives?

Nous descendons sur un vrai coup de malchance. Avec neuf victoires, nous sommes la seule équipe descendante, toutes divisions confondues, à faire la bascule avec un tel bilan.

Avec quel effectif repartiras-tu?

Nous repartons avec six gars du noyau -Hamaite, Jacob, Dejaiffe, Paty, Goossens et Ugueux. Nous accueillons un meneur de Tilff, Yves Hodeige, ainsi que Geoffrey Vanmaalderen. Nous serons huit, en espérant également que Julien Finck poursuive l’aventure. Il nous a annoncé qu’il arrêtait mais, vu son caractère, je ne désespère pas de le voir poursuivre.

Que penses-tu de votre série, la C, et qui vois tu comme favoris?

La série me plaît. Je vois US Awans et La Villersoise parmi les favoris, tout comme nous. Je veux remonter de suite! Nous en sommes capables mais il faudra éviter les blessures. J’ai un groupe soudé, qui se donne et prend du plaisir dans une bonne ambiance si nous continuons comme l’an dernier, ce dont je ne doute pas.

Restes-tu le coach de l’autre équipe de La Villersoise (P3A)?

Non, je ne reste pa à Villers.

 

Gael Laffalize reprend du service

 

Gael Laffalize reprend du service au Haut-Pré Ougrée. Un solide renfort pour les finalistes en titre. Analyse.

 

Depuis trois ans, Gael Laffalize était plutôt éloigné de son espace de prédilection, les terrains de basket, suite à une blessure au genou. « J’ai recommencé avec Malonne, en R2, la saison dernière, mais suite à différents changements dans ma vie, je n’y ai pas trouvé mon compte et j’ai arrêté les frais à la fin du mois d’août » nous explique l’intérieur shooteur. « Je suis allé m’entrainer à Haut-Pré, espérant pouvoir jouer la saison avec ce club mais ce n’était pas possible administrativement.« 

Gael continue pourtant de s’entrainer « gentiment » avec Grandry et compagnie durant la saison. « Je n’ai pas participé à tous les entrainements car, à mon âge (ndlr: 39 ans), quand il n’y a pas la carotte du match, c’est plus difficile de se motiver » nous précise-t-il. Arrivé en fin de saison, l’ancien de La Spéciale réfléchit à la suite. « Si Haut-Pré me demandait de les rejoindre, je signais, sinon, j’arrêtais.« 

Et, fort logiquement, Yves Dehousse, qui a déjà coaché Gael par le passé, lui propose de rejoindre l’effectif pour la prochaine saison. « J’habitais Neupré, je connais Yves et l’équipe est constituée de gars intelligents, avec une bonne situation, ce qui fait que je ne sens pas trop le décalage de l’âge » nous explique le shooteur tatoué pour motiver sa décision.

 

 

« Heureux de retrouver les terrains »

 

Un retour un P1 qui fait plaisir à Gael. « Lorsque j’ai été opéré il y a trois ans, le chirurgien m’avait annoncé qu’il y avait une chance sur deux que je boîte à vie » nous confie-t-il. « Dès lors, je n’ai pas d’objectif précis pour la prochaine saison, je suis déjà super content de rejouer. Et à mon âge, s’amuser reste le plus important. Maintenant, en tant que compétititeur, je souhaite être opérationnel, lorsqu’on fera appel à moi, pour amener un plus à l’équipe. »

Une nouvelle saison lors de laquelle Haut-Pré, dauphin de Neuville lors du précédent exercice, nourrira encore de vraies ambitions. « La série me semble très forte mais nous pouvons y faire quelque chose » avance Gael. « Ougrée a toujours été atypique, mais le noyau me semble bien balancé et ce club a souvent créé la surprise.« 

 

 

Un renfort de choix

 

Du côté du matricule 1429, la venue de Gael est unanimement saluée. « C’est un gars avec pas mal d’expérience, ce qui nous a un peu manqué la saison passée, et qui peut aligner dix shoots d’affilée quand il est bien » nous partage Stéphane Grandry. « Il sait jouer physique derrière et ne lâche jamais rien. C’est certain qu’il va apporter sa petite touche à l’équipe. D’ailleurs, il s’est entrainé toute la saison dernière avec nous et est déjà bien intégré au groupe. »

Même son de cloche du côté d’Yves Dehousse, qui l’a eu sous ses ordres à La Spéciale Aywaille voici quelques années. « Il va nous apporter de l’expérience, du shoot extérieur et une présence physique en défense » continue le mage du Haut-Pré. « Je garde de lui le souvenir de quelqu’un qui ne lâche rien, un battant qui ne baissera pas les bras et qui va booster le groupe quand il le faudra. Il peut devenir l’un des leaders de notre formation car les autres joueurs vont l’écouter. »

 

Bye Bye la Chine

 

Les Belgian Lions ont sombré en deuxième mi-temps face à la Russie et s’inclinent 66 à 84. Une défaite qui sonne le glas des espoirs de qualification pour le Championnat du Monde 2019.

 

Les Belges, menés par un duo Van Rossom/Boukichou (30 points à eux deux), avaient pourtant bien entamé la partie, menant de trois points après dix minutes et 47-45 à la pause.

Mais au retour des vestiaires, et ce troisième quart-temps trop souvent fatal aux Belges, les Lions ont craqué et laisser les Russes filer devant. La Russie s’impose 66 à 84 et élimine la Belgique de la course au Championnat du Monde 2019.

Nos compatriotes disputeront une dernière rencontre, pour du beurre, face à la Bosnie. Un adversaire qui vient de subir une route monumentale infligée par la France, 52 à 102.

« Si la sauce prend, nous viserons le Top 3 »

 

Buffalo Grâce-Hollogne a réalisé une saison des plus intéressantes en P3C, à peine ternie par un étrange « record »: cinq défaites après prolongations. Le groupe d’Hervé Odeurs s’est renforcé et jouera plus que probablement le haut du tableau. Gael Verzele revient sur l’année écoulée, la campagne des transferts et le prochain championnat.

 

 Quel bilan tires-tu de votre saison?

Comme le coach et l’ensemble du groupe, mon sentiment est partagé. Nous pouvons être globalement satisfaits avec, notamment, un beau deuxième tour et une double victoire contre les champions, mais, en même temps, nous pouvons nourrir quelques regrets avec nos cinq défaites en prolongations, qui étaient toutes évitables. Ceci dit, je pense que cela nous a permis aussi de pointer clairement ce que l’équipe avait encore comme étape à franchir pour jouer le haut du tableau.

Satisfait de vos transferts?

Les nouvelles arrivées apporteront un certain équilibre à l’équipe en proposant des profils que nous n’avions pas vraiment.  Nous espérons que la sauce prendra et que nous pourrons vivre une agréable saison.

De quoi viser le haut du tableau?

Si la sauce prend bien, nous devons ambitionner le Top 3 mais bon, nous sommes en P3, la meilleure manière de réaliser une belle saison est de d’abord prendre match après match et, avant tout, de prendre du plaisir ensemble, sur le terrain et en-dehors.

Que penses-tu de votre série, la P3B?

Je ne m’y suis pas encore intéressé plus que cela pour le moment. Si j’ai bien compris, Haneffe semble l’équipe favorite, toutes P3 confondues. Mais, n’étant pas de la région à la base, je ne connais pas grand monde. Je ne fais donc pas attention à cela.

Personnellement, comment vas-tu?

J’espère être fit pour la reprise car je traine une douleur au tendon d’Achille depuis notre défaite en double prolongation à La Spéciale Aywaille. La douleur a augmenté et m’a forcé à restreindre puis à arrêter complètement le basket depuis début mars pour soigner cela.

 

 

Eric Struelens retrouve le championnat de France

 

Eric Struelens, champion de France en 1997 avec le PSG, retrouve le championnat français. Le légendaire pivot belge s’est engagé pour deux ans avec le BCM Gravelines-Dunkerke en qualité d’assistant-coach. Interview.

 

Eric, félicitations pour cette nouvelle aventure!

Merci, je suis très content.

Tu viens de t’engager pour deux ans avec le BCM en tant qu’assistant-coach. Les contacts existaient depuis longtemps?

Non, j’ai eu un premier contact voici un peu plus de deux semaines Le club cherchait un nouvel assistant-coach. J’ai rencontré le coach de Gravelines, Julien Mahé, lors du dernier match de la finale des Playoffs belge à Ostende. Le courant est directement bien passé. J’ai revu le club voici quelques jours près de la frontière française et j’ai reçu une proposition de contrat.

Tu nous avais confié voici quelques mois ton envie de rejoindre un club professionnel. Ce contrat de deux ans correspond donc à tes attentes?

Tout à fait. Je souhaitais rentrer dans le staff d’une équipe pro, comme assistant ou dans une autre fonction, en Belgique de préférence. Mais je ne pouvais pas refuser cette opportunité, d’autant que Gravelines n’est pas très loin de mon domicile. Cette expérience devrait m’ouvrir des portes, dans deux ans, en Belgique ou à l’étranger. Je suis ravi de ce poste au BCM. Cela « matche » bien avec l’entraineur en place, il a pu comprendre ma philosophie et, de mon côté, je dois aussi continuer d’apprendre. Je suis content de cette nouvelle aventure.

Tu as évolué dans le championnat de France avec le PSG. Tu continues à suivre la Jeep Elite?

Bien sûr, je suis le basket français, mais aussi espagnol, qui sont deux excellents championnats, ainsi que l’Euroleague.

As-tu pu déjà évoquer la future saison? Quels seront les objectifs du BCM, qui a fini treizième cette année?

Oui, nous en avons discuté. Les objectifs sont de nous qualifier pour les Playoffs, d’obtenir un ticket européen et de participer à la Leaders Cup.