Petit, Larson et Mobley ont le sourire

Un épouvantail pour les Carriers, une expédition pour les Castors et un choc féminin à Welkenraedt – Prayon : ce sont les infos d’EMCE.

L’Euroligue inspire Thibaut Petit et ses Héraultaises

Seconde victoire de rang pour le Waremmien et le BLMA en Euroligue. Et quelle victoire (76-64) acquise au nez et à la barbe des Russes de Koursk. En vedette, Mavunga (photo) avec des 25 unités et 19 rebonds. Du coup, Lattes/Montpellier est en tête de son groupe. En EuroCoupe, les Panthers (Franquin 12) n’ont pesé lourd (90-51) à Vendée Basket. Gifle, aussi, pour les Namuroises (Silva 9) étrillées 75-44 à Valence (Raman 5) où on est passé de 20-20 (10e) à 60-32, à la demi-heure. Mayombo (1) a également dû faire le gros dos avec Keltern (All) subissant la loi (83-48) des Hongroises de Szekszard. A vos souhaits ! En FIBA Europe Cup, on pointera le succès (104-101, après prolongation) des Bruxellois (Bradford 21) sur Charleroi (Beane 28).

Allemand au pied des Alpes et les Brainoises dans l’Oural

En C1 féminine, les Lyonnaises de Julie Allemand n’ont pas perdu d’avance, ce soir (20 h 30), sur le parquet transalpin de Schio. Véritable expédition pour les Brainoises qui ont rallié Orenbourg, au pied de l’Oural. Sur le coup de 15 heures, elles y rêveront d’un exploit face à la redoutable armada russe. Reste l’EuroCoupe où les Allemandes du Herner TC (avec ou sans Chloé Bully) en découdront (19 h 30) avec nos compatriotes anversoises de Wavre Sainte-Catherine. Dans une ambiance « halloween »…

Les indiscrétions du week-end

Trois confrontations en point de mire à l’occasion du week-end prolongé de la Toussaint. Avec, dès vendredi (21 h), la venue de Kontich, l’épouvantail (6 sur 6) de TDM2 B, à Sprimont. « Pour arriver à nos fins, nous avons transféré six joueurs en provenance de l’étage supérieur », confient les Wolves. Significatif : l’Antwerp B a demandé à être versé dans l’autre série afin d’éviter les Kontichois. Ce seront des Cointois en logique manque de compétition qui rejoindront (s. 20 h 30) les installations de Waterloo (3e, 5/7). « Les gars ont laissé filer leur match à Gembloux et j’attends d’eux un tout autre visage », prévient le coach de la Butte. Au rayon féminin, véritable match au sommet en P2 B où les deux co-leaders actuels (7 sur 7) s’y affronteront (d. 13 h) à St-Joseph. Soit, la meilleure défense welkenraedtoise contre la meilleure attaque prayonnaise.

Larson et Mobley ont déjà retrouvé un job

Leurs agents ont fait preuve d’une jolie efficacité. C’est ainsi que Tyler Larson (ex-Liège Basket), à peine viré de Boulazac, poursuivra sa carrière du côté d’Oldenburg (D1 all). Même cas de figure pour Matt Mobley (ex-Spirou) qui, de Pau-Orthez, met sans tarder le cap sur Istanbul où il défendra les intérêts de Sigortam (D1 tur).

La télé crève l’écran

Jeudi : Panathinaïkos – Efes Istanbul (20 h, VOOSport World 2, RMC Sport 2) ; vendredi : Valence – ASVEL (RMC Sport 2), Liège – Malines (20 h 30, VOOSport World 3) ; samedi : Nets – Rockets (0 h, Eleven Sports 2) ; Le Mans – Monaco (20 h 30, RMC Sport 2), Oklahoma – New Orleans (22 h, Eleven Sports 3) ; dimanche : ASVEL dames – Tarbes (15 h, RMC Sport 2), ASVEL hommes – Chalons (18 h, RMC Sport 2), Pacers – Bulls (23 h, Eleven Sports 2). Quant à nous, on se retrouve lundi…

Michel CHRISTIANE

« Balbourg marque comme il respire »

La réussite de Tilff est avant tout collective. Mais au sein de ce collectif parfaitement huilé, un rouage essentiel se nomme Mathieu Balbourg. L’ailier explose offensivement et, à l’instar de sa formation, réussit un début de saison stratosphérique.

Ce weekend encore, et pour la deuxième fois déjà depuis l’entame du championnat, Mathieu Balbourg a planté 29 points. Loin d’être un feu de paille, l’ailier porais score à tout va depuis le reprise. « Evidemment, je ne m’attendais pas à être aussi performant en ce début de saison, j’espère que cela va continuer » sourit-il, malicieux. « J’essaie simplement de donner mon maximum à chaque match. »

Impactant au scoring, surprenant au rebond offensif, Mathieu épate et séduit, démontrant l’étendue d’un potentiel encore loin d’être totalement exploré. « Je ne me concentre pas sur un secteur en particulier, j’essaie simplement de prendre un maximum de plaisir sur le terrain » nous confie l’ancien de Ninane. « Je pense avoir progressé, notamment derrière où j’essaie de prendre un maximum de rebonds – une passion partagée avec Jérôme Niedziolka – même si j’ai encore pas mal de lacunes. »

En basket, la réussite individuelle n’est rien sans de bons résultats collectifs. Une synthèse qui colle à la peau de Balbourg et de Tilff, leader invaincu de deuxième régionale. « Notre début de saison est vraiment très encourageant. Mais nous avons déjà vécu le même scénario il y a deux où nous avions commencé par un six sur six avant de finir par jouer le maintien » tempère intelligemment l’ailier porais.

« Un fameux physique »

Lorsqu’on évoque Mathieu Balbourg, Jérôme Niedziolka – qui apprécie le taquiner sur les réseaux – affiche un grand sourire, conscient de l’importance de son compère dans la réussite de Tilff. « Après un mois d’août en dilettante, il s’est bien repris depuis septembre. Il marque comme il respire pour le moment avec un pourcentage qui n’est pas dégueulasse » nous confie le Rodman -la folie capillaire en moins – des bords de l’Ourthe. « Malgré ce que l’on pourrait croire, il reste quand même dans le collectif et ne tire pas la couverture à lui. Il est aussi très présent au rebond, aussi bien offensif que défensif.« 

Et lorsque nous demandons à Jérôme quelle est la principale qualité de son acolyte, la réponse fuse et surprend. « Son je-m’en-foutisme qui le rend plus fort » balance l’intérieur porais. « Il faut aussi avouer qu’il a un fameux physique et, quand il part dans un couloir en contre-attaque, il est impossible de l’arrêter. »

« Scary Terry » ne pourra pas défier Bojovic

Liège sera à nouveau sans ses renforts étrangers pour fêter le retour de Terry Deroover au Country Hall.

Après avoir enthousiasmé le public liégeois pendant deux saisons, Terry Deroover porte désormais les couleurs de Malines. Le nouveau Kangourou, toujours aussi difficile à contenir, ne pourra malheureusement pas croiser Milos Bojovic, son ancien coéquiper, sur le parquet du Country Hall. En effet, ce sera encore sans ses renforts étrangers que les Principautaires devront évoluer ce vendredi soir. « Suite aux bonnes nouvelles de mardi passé, nous pensions pouvoir obtenir les permis uniques pour nos 4 joueurs étrangers » peut-on lire sur la page facebook de Voo Liège Basket. »Cependant l’administration y relève des points qui nous mettent en difficulté. Un membre de notre Conseil d’Administration a pris contact avec le gouvernement wallon afin de voir si une solution est envisageable. Malheureusement le prochain conseil n’aura lieu que jeudi prochain (le 7 novembre), nous attendons donc une réponse à cette demande.« 

Une situation ubuesque qui pénalise considérablement les troupes de Sacha Massot, sans parler des quatres joueurs interdits de compétition et qui doivent réellement commencer à trouver le temps long.

Crédit photo: Philippe Collin

« Nos entrainements sont assez poussés »

Avant un déplacement à Waterloo ce samedi, Martin Henry évoque les conditions d’entrainement des Grenouilles de Cointe. Interview.

Martin, avec les problèmes que connait la salle de Cointe, n’avez-vous pas peur de perdre le rythme?

Ce n’est évidemment pas facile de nous entrainer sur un demi ou même un tiers de terrain. C’est une évidence. Toutefois, physiquement, les entrainements sont assez poussés donc ce n’est pas préjudiciable pour nous à ce niveau là. Cela reste davantage embêtant pour jouer des « quatre contre quatre » ou des « cinq contre cinq » car nous ne pouvons pas profiter pleinement du terrain.

Après l’annulation de votre derby contre Liège, vous irez ce samedi à Waterloo. A quel genre de match t’attends-tu?

A un combat physique, pendant quarante minutes et lors duquel nous devrons être concentrés de la première à la dernière seconde si nous voulons pouvoir l’emporter.

« Vandeghen revanchard a sorti un très gros game! »

Face à la « Bien Belle Equipe » d’Alleur pas totalement au complet, Comblain a livré une bonne prestation pour renouer avec la victoire et se qualifier pour les huitièmes de finale de la Coupe de la Province. Reportage.

Venu nager au R Hôtel avant de recevoir Alleur, Christophe Lambion nous confiait toute l’importance de cette rencontre pour une équipe de Comblain actuellement dans une mauvaise passe. Concernés et motivés, les Comblinois ont livré une prestation enthousiasmante pour éviter l’upset et se défaire de la « Bien Belle Equipe », 83-66. « Cette victoire va rassurer le groupe qui était en plein doute après les défaites enregistrées en championnat lors desquelles nous avions joué à l’envers, sans esprit de groupe et avec un pourcentage catastrophique au shoot » souligne le pivot comblinois à l’issue de la confrontation.

Pour ce déplacement, les All Blacks n’étaient pas au complet. « Dommage de ne pas avoir affronté cette équipe au complet. Axel Schoonbroodt, Peter Delrez et Gérald Henkin étaient absents et Nico Borguet est sorti sur blessure. Mais, même ainsi, cette équipe joue bien au basket » assure Christophe. « Comme toujours à domicile, nous fûmes bons avec un Vandeghen revanchard. Il a sorti un très gros game. La différence s’est faite sur le rythme et, surtout, sur la gestion des arbitres. Les Alleurois se sont directement énervés après 45 secondes de jeu et le sont restés tout le match. »

Un résultat positif pour des locaux peu habitués à voyager loin dans cette compétition. « Cela nous change des années précédentes où, bizarrement, nous étions toujours éliminés au premier tour » rigole Tof’. « Mais notre coach avait explicitement définit les quarts de finale comme objectif en début de saison. Cette victoire est également pour la confiance en vue du gros match qui nous attend dimanche contre Visé. »

« Aller le plus loin possible »

A Aubel, Pepinster s’est imposé haut la main face à des Herbagers déforcés. Nicolas Rossinfosse débriefe la victoire des siens qui sont désormais qualifiés pour les huitièmes de finale de la Coupe de la Province.

Alors que beaucoup d’observateurs s’attendaient à une confrontation intense et à suspens entre Aubel et Pepinster, ce fut loin d’être le cas, les visiteurs s’imposant largement 47-72. « Aubel était fortement déforcé. Les Herbagers n’étaient que six » nous précise Nicolas Rossinfosse. « Il n’y a pas grand chose de positif à retenir de cette rencontre, nous nous sommes laissés imposer un rythme lent par la zone adverse et n’avons quasiment jamais su imprimer notre tempo alors que nous aurions dû le faire. »

Voilà les Pepins qualifiés pour les huitièmes de finale. « Nous n’avons pas d’objectif précis dans cette compétition, juste aller jusqu’où nous en sommes capables, le plus loin possible de préférence » conclut la Torche humaine verviétoise.

« Des joueurs qui shootent de partout »

C’est deux derbies en quatre jours que s’apprêtent à vivre les Neuvillois avec la réception de Saint-Louis ce jeudi avant de se rendre à Liège dimanche. Deux rencontres de prestige qu’évoque Kevin Reyserhove pour Liège & Basketball. Interview.

Kevin, vous allez vivre deux derbies en quatre jours avec la réception de Saint-Louis jeudi avant de vous rendre à Liège dimanche. Notes-tu des similitudes entre ces deux équipes?

Pour être franc, je n’ai encore vu aucune des deux équipes. Vu que nous récupérons nos blessés, je me concentre principalement sur notre jeu, et c’est déjà pas mal (rires).

A quels genre de matchs t’attends-tu?

Je m’attends à des jeunes qui vont mettre de la vitesse, de l’intensité et, pour Saint-Louis – Liège je connais moins – , des joueurs qui shootent de partout.

Comment allez-vous aborder ces deux rencontres de prestige?

Nous n’avons pas d’objectif particulier. J’espère retrouver le collectif défensif de la semaine dernière avec de l’envie. Pour le reste, si nous pouvions en gagner un des deux, ce serait top. Mais c’est loin d’être fait.

« Notre coach a peut-être un lapin à sortir de son chapeau? »

Jeudi de gala à Theux avec deux rencontres de Coupe au programme – contre Alleur et Waremme – dans lesquelles les locaux, outsiders, pourraient bien créer la surprise.

A dix-neuf heures, la P2 locale – et son groupe taillé pour la montée -affrontera la P1 d’Alleur, véritable sensation de ce début de saison en première provinciale. « Nous devrons aborder ce match comme si c’était un match de P2, sans nous mettre de pression et nous verrons ce que cela donne. Nous n’avons rien à perdre et tout à gagner » analyse Arnaud Delhaes qui en a vu d’autres au cours de sa longue carrière.

A vingt-et-une heures, la P3 locale ne partira indéniablement pas favorite face à la P1 de Waremme. « Comme pour tous les matchs, la clé sera de prendre du plaisir et d’essayer de produire le meilleur basket possible » avance Jason Dorjo. « Inutile de nous prendre la tête, la Coupe n’est pas un objectif mais nous aborderons toutefois cette rencontre pour la gagner. Notre coach a peut-être un lapin à sortir de son chapeau?« 

Face aux récents promus, Theux aura fort à faire. Plus le défi est grand, plus le plaisir est intense! « Nous jouerons sans pression et sans complexe. Waremme est un très belle équipe de P1 composée de bons joueurs et nous essayerons de rivaliser le plus longtemps possible et – pourquoi pas? – de créer la surprise » conclut Jason.

Me Mulligan (ex-Standard et Verviers) à la barre

Du très beau monde à la télé mais, aussi, à Saint-Vith pendant que l’ancien Liégeois, Tyler Larson, est demandeur d’emploi : ce sont les infos d’EMCE.

Un ex-US du Standard et Verviers, « meilleur avocat » des USA

C’est une nouvelle à peine croyable qu’une longue recherche, via diverses sources d’information, a confirmé. Explication : hier, je vous signalais qu’Alvin Jones a porté le maillot de Verviers de 78 à 80. En bord de Vesdre, il faisait équipe avec cette force tranquille de la nature qu’est John Mulligan (photo). Celui-ci débarquait en Europe (déjà) doté d’un diplôme universitaire en éducation physique et en journalisme. Son premier club sur le Vieux Continent était le Standard de Liège. Au cours de la saison 74/75, il était notamment l’équipier de Guido Scholiers, Jacky Dinkins, Gilbert Vroonen, ou encore, Alain Stollenberg et avait pour coach Gaston Deckers… dont on commémorera très bientôt le 10e anniversaire de son décès. Au terme de l’exercice, le pivot US cédait le relais à l’impressionnant Matt Gant. Au total, John effectuait une carrière de cinq ans en Europe puis entamait des études de droit aux Etats-Unis. Avec un réel bonheur car, en 2017, il était élu « meilleur avocat de l’année » aux USA. Respect !

Un mercredi très européen

En Euroligue dames, Thibaut Petit et Lattes/Montpellier accueilleront (20 h) les Russes du Dynamo Koursk. En EuroCoupe et, par ordre chronologique, Emmanuela Mayombo et les Allemandes de Keltern se produiront (18 h) sur le parquet de Szekszard (Hon) alors que les Panthers (sans Henket) seront en action (20 h) à Vendée Basket (Fra). Quant aux Namuroises, elles rendront visite (20 h 30) aux Espagnoles de Valence emmenées pas Jana Raman. Au rayon masculin, on aura droit, en FIBA Europe Cup, à une joute « continentale » pour la moins singulière. C’est ainsi que le Brussels se mesurera (20 h 30) au… Spirou Charleroi. Succès francophone assuré !

Les Bulls d’Offerman s’attaquent à la « Dream Team »

Le week-end passé, les Bulls ont tenu le coup une demi-heure avant de craquer (51-81) face à Wiesbaden au terme d’un duel très musclé. Et ce prochain samedi (19 h 30), la phalange des cantons de l’Est se lance à l’assaut de l’« Everest » du basket allemand, voire européen, en chaises roulantes. A savoir, un RSB Thurangia écrasant tout sur son passage (5/5) et s’appuyant notamment sur des internationaux US, biélorusse, iranien, hollandais, letton et finlandais. Bref, David Offerman et les siens risquent donc d’en voir de toutes les couleurs. A ne pas rater ! D’autant que le match est commenté en… français.

L’ancien liégeois, Tyler Larson, viré de Boulazac

Mécontents de son rendement offensif, les dirigeants de Boulazac (Jeep Elite) se séparent de Tyler Larson (31 a, 1,90 m). Faut-il rappeler que le meneur US avait entamé l’exercice 17/18 à Liège Basket avant de rejoindre Varèse (D1 ita) ? Dans le Périgord, il est remplacé par son compatriote, Patrick Miller (27 a, 1,85), en provenance d’Ulm (D1 all).

La télé crève l’écran

C’est l’embarras du choix : à 18 h, AEK Athènes – Anvers (Eleven Sports 2) ; à 19 h 15, Limoges – Partizan Belgrade (RMC Sport 2) ; à 20 h 30, Bayer Munich – Real Madrid (VOOSport World 2) ; et, à 21 h, Bologne – Monaco (RMC Sport 2).

Michel CHRISTIAN

« La série reste très ouverte »

En P2B, Huy a remporté une précieuse victoire à Awans, 57-63. Nicolas Gustin revient sur cette rencontre, le début de saison des Hutois et le championnat de deuxième provinciale.

Nico, victoire importante que celle conquise à Awans?

Oui, c’est une belle victoire. Nous sommes allés la chercher collectivement. Malgré un effectif réduit de seulement sept joueurs, nous sommes restés solidaires et avons joué avec un gros coeur.

Avec trois victoires en sept match, que penses-tu de votre début de saison?

Notre début de saison fut un peu compliqué mais, depuis quelques matchs, nous sommes dans une meilleure dynamique et le groupe avance dans la bonne direction.

Que penses-tu de cette série de P2B?

Cette série reste très ouverte. Tout le monde peut battre tout le monde et cela implique de faire preuve de rigueur et de concentration à chaque match.