« Utiliser mon physique pour aider l’équipe »

 

Relégué en R2 avec Ans, Errol Koçur, qui vient d’être papa pour la seconde fois, est particulièrement motivé pour aider son équipe à accrocher les Playoffs cette année. 

 

« Je viens d’être papa pour la deuxième fois ce vingt juillet » nous informe, tout courir, Errol Koçur. « Pour le moment, je me focalise beaucoup sur ma princesse et j’aide un maximum la maman car les nuits sont assez courtes. »

Le pivot ansois a tout de même tenu à pratiquer une activité sportive durant l’été afin de garder la forme. « Je jouais un peu au tennis jusqu’à la semaine dernière et je suis aussi allé courir » continue-t-il.

Après une saison délicate en R1, Ans veut repartir du bon pied à l’échelon inférieur. « Après l’année difficile vécue, l’objectif de cette nouvelle saison est d’abord de gagner des matchs » poursuit Errol. « Avec le noyau dont nous disposons, nous sommes persuadés que nous avons les cartes en main pour réaliser un beau championnat et nous voulons vraiment accrocher les Playoffs.« 

Malgré un total de victoires assez maigre, les Verts ne se sont pas désunis l’an passé. « Nous sommes restés soudés dans la défaite » confirme l’intérieur aux tempes grisonnantes. « L’ambiance était parfaite, je souhaite qu’elle soit identique cette saison.« 

Et c’est particulièrement enthousiaste qu’Errol aborde ce nouvel exercice. « J’espère pouvoir mettre mon physique en avant pour aider l’équipe à engranger des victoires. Je suis très motivé pour cette saison en R2 » conclut-il.

« J’espère que nous allons nous maintenir »

 

Ayant acquis de haute lutte le droit de rejoindre la TDM2, Belleflamme ne veut pas faire l’ascenseur.

 

Cet été est crucial pour les Haricots qui découvriront la TDM2 dans une série au fort accent liégeois. « Pour rester en forme, je vais de temps en temps à la salle et je me rends assez souvent à la plaine de Cointe avec Sébastien Peremans pour taper la balle » nous informe Ircylle Makengo. « Je suis super impatient de débuter la saison… et de retrouver mes autres coéquipiers.« 

Un nouvelle saison qui pourrait être celle de tous les dangers mais Belleflamme nous a habitué à tenir son rang grâce à un collectif bien huilé. « J’espère que nous allons nous maintenir » avance Ircylle. « Et individuellement, je souhaite réaliser un championnat correct.« 

 

 

« Nous pouvons être considérés comme des outsiders »

 

Après une saison quasi blanche suite à une rupture des croisés, Stéphane Ramaekers va retrouver les terrains avec Aubel. Interview.

 

Stéphane, comment se déroule ton intersaison?

C’est une intersaison un peu particulière étant donné que je me suis occasionné une rupture des ligaments croisés en octobre et que j’ai été opéré en décembre. Cela fait donc huit mois que je travaille afin de pouvoir reprendre les entrainements début août. J’ai reçu le feu vert de mon chirurgien pour les entrainements, je suis donc plutôt satisfait du travail effectué en salle pour remuscler ma jambe.

Et c’est à Aubel que tu reprendras?

Oui, tout à fait, je reste en P2 à Aubel.

Quelles sont tes attentes pour cette saison?

Au niveau individuel, je souhaite être prêt pour le début de championnat et réaliser une belle saison, sans blessure. D’un point de vue collectif, si la mayonnaise prend avec les nouveaux joueurs -nous ne sommes que quatre de la saison dernière à être restés- et que nous sommes épargnés par les blessures, j’estime que nous pouvons être considérés comme des outsiders et, pourquoi pas, viser le top 3.

 

« Nous pouvons obtenir de bons résultats »

 

Auréolé d’un titre de champion avec Neuville, Arnaud Warnimont sera d’une aide précieuse pour aider le Rebond à tenir son rang en R2 cette année. L’ancien Spadois évoque pour nous sa préparation et cette nouvelle saison qui approche.

 

Arnaud, comment se passe ton intersaison?

Mon intersaison s’est super bien passée. On peut maintenant dire qu’elle est définitivement terminée -les entraînements ont recommencé lundi- mais j’en ai bien profité. Je me suis d’abord concentré sur le triathlon avec une compétition dans les Vosges fin mai. Et puis je suis parti pratiquemment tout le mois de juillet -deux semaines en Thaïlande et une semaine à la montagne.

Comment te maintiens-tu en forme?

Les entraînements de triathlon m ont permis de rester en forme même si ce n’est pas du tout spécifique basket. Les vacances en Thaïlande m’ont également fait du bien pour trouver un peu de repos après une année bien remplie au niveau sportif. Et puis, j’ai repris avec la semaine en France où nous avons fait quelques belles balades en famille et, certains jours, je me levais un peu plus tôt pour aller faire deux heures de vélo dans les montagnes.

Impatient de débuter la saison?

Je me réjouis principalement de revoir l’ensemble du groupe. Mais c’est certain que c’est toujours un plaisir de retoucher la balle.

Quelles sont tes attentes et tes envies pour cette saison?

J’espère prendre autant de plaisir sur qu’en dehors des terrains. Au niveau sportif, le groupe est légèrement remanié. Avec une bonne préparation, je suis persuadé que nous pouvons obtenir de bons résultats dans cette nouvelle division.

« Je suis prêt pour cette nouvelle saison »

 

De retour au Haut-Pré après une saison délicate au niveau collectif avec Dison-Andrimont, Sebo Lussadissu s’apprête à reformer le big four pour faire exploser les défenses de première provinciale.

 

« Après avoir pris un bon mois de repos pour prendre soin de mon corps, je fais désormais beaucoup de sport en ce moment » nous prévient Sebo Lussadissu, que l’on sent très motivé. « Je vais courir et je fais de la préparation physique avec Kris Mayela. Je vais aussi beaucoup jouer à Cointe et shooter. Je crois que je suis prêt et en forme pour cette nouvelle saison. »

 

« Trois renforts pour réaliser une belle saison »

Grâce à des Playoffs exceptionnels, Alleur a décroché la montée en R1. Avant de rentrer dans le vif du sujet, Lola Paulus évoque sa préparation, la reprise des entrainements, son équipe, la Coupe AWBB et le futur championnat. Entretien.

 

Comment se passe ton intersaison?

J’ai profité de cette intersaison pour me reposer. Notre dernière saison fut vraiment longue avec les Playoffs, je n’ai donc pas touché un ballon pendant les mois de juin et juillet. Mais je suis allée courir et je me suis rendue quelques fois à la salle.

Avez-vous déjà repris le chemin des entrainements?

Oui, nous avons déjà eu nos deux premiers entrainements. Ceux-ci n’étaient pas obligatoires mais permettaient, justement, de retâter un peu du ballon.

Impatiente de débuter la saison?

Totalement impatiente de débuter ce nouveau championnat et de retrouver la R1. Je me réjouis vraiment.

Justement, le fait d’évoluer une division au-dessus, par rapport à l’année dernière, modifie-t-il votre préparation?

Non, la préparation sera similaire. Le programme du mois d’août est chargé, mais l’année passée.

 

 

Un secteur intérieur renforcé

 

Avez-vous des ambitions en Coupe AWBB?

Nous n’en avons pas parlé. Lors du mois d’août, cela sera plutôt des matchs pour se préparer. Par contre, si nous passons le premier tour, nous aurons envie d’aller au bout, c’est certain. Mais nous ne nous fixons pas d’objectif particulier pour cette Coupe. Nous jouerons match après match et nous verrons où cela nous mène.

Le groupe s’est-il renforcé?

Oui, nous avons réalisé trois transferts. Manon Humblet, Malaurie Tosin et Céline Werpin arrivent. Deux sont des intérieures, un secteur où l’on manquait vraiment de taille!

Quelles sont tes attentes et tes envies pour cette saison?

Justement, avec ces trois renforts, nous visons vraiment un bon milieu de classement, voire mieux. Personnellement, j’espère prester une bonne saison et tirer le groupe au maximum. Très peu de filles de notre équipe ont déjà évolué à cet échelon et il faut les aider à ce que tout se passe bien. Mais je suis certaine que cela va aller, l’équipe a toutes les qualités requises.

 

« Nous pouvons viser le haut du classement »

 

Depuis le Portugal, Benja Deflandre évoque sa préparation, la Coupe AWBB et ses attentes pour cette nouvelle saison avec Aubel.

 

Benja, comment se déroule ton  intersaison?

Je suis actuellement en vacances au Portugal. Je vais malheureusement rater la première semaine de préparation.

Comment t’es-tu maintenu en forme?

Dès le mois de juin, je me suis abonné dans une salle de sport où j’ai fait de la muscu et travailler le cardio.

Quelles sont tes attentes pour cette nouvelle saison?

J’espère vivre la même saison que la précédente, mais sans blessure. Je pense que nous avons un groupe assez complet pour jouer le haut du classement.

Quels seront vos objectifs en Coupe AWBB?

Nous jouons tous les matchs pour les gagner même s’il est vrai que pour beaucoup cette Coupe est surtout synonyme de matchs de préparation.

« Déjà hâte de débuter la saison »

 

Cheville ouvrière et scoreur explosif de Buffalo Grâce-Hollogne, Julien Wéry revient sur la saison écoulée, la campagne de transferts, la série et les futurs objectifs du club.

 

Le bilan:

 

Nous sortons d’une saison très positive. L’année dernière, nous avions légèrement retouché en y ajoutant de la jeunesse et de la vivacité, le tout sous l’égide d’un nouveau coach et, de facto, d’une nouvelle vision. Lors de notre première saison en troisième provinciale, nous avions fini onzième. Lors du dernier exercice, nous avons terminé à une belle sixième place, avec des matchs remportés face à des équipes mieux classées, et également un chouette huitième de finale en Coupe provinciale face à Waremme. Le bilan ne peut être que positif.

 

Les transferts:

 

En février dernier, nous avons très rapidement prolongé le coach car nous étions satisfaits du travail réalisé et de son adaptation à notre groupe. Après avoir sondé les joueurs, nous avons axé notre recrutement sur un meneur et un poste 4. Pour finir, en plus de Lhoest (meneur) et Piroton (poste 4), nous avons eu l’opportunité de signer un renfort de choix: Yves Etienne. Nous partirons avec un groupe plus large et beaucoup de qualités variées.

 

Les objectifs:

 

Vu les transferts réalisés, nous serons logiquement encore plus solides. Nous pouvons donc envisager de terminer dans le Top 5. La difficulté résidera dans le fait de gérer ce groupe élargi ainsi que de trouver le meilleur équilibre possible pour entrevoir les meilleurs résultats.

 

La série:

 

Nous pouvons nous attendre à une série équilibrée et ouverte, avec des équipes expériementées comme Sprimont et Belleflamme, ou encore des formations habituées au Top 5 en P3 comme Henri-Chapelle, Theux ou Blegny. Mais il apparait clairement qu’Haneffe sera le favori incontesté de cette série. Quoi qu’il en soit, j’ai déjà hâte d’entamer ce championnat!

Allen Iverson, The Answer

 

Allen Iverson, un joueur d’exception, une légende.

 

Tout a déjà été dit ou écrit sur Allen Iverson. Son côté tête brulée, sa répugnance à s’entrainer, sa folie offensive, son premier pas dévastateur, son cross-over de folie sur Michael Jordan himself, ses déboires financiers, sa relation amour-haine avec Larry Brown, son titre de MVP, ses Finals d’anthologie face aux Lakers, son penchant pour la boisson, son amour du jeu.

Si la carrière de « The Answer » ne fut pas linéaire, il n’en reste pas moins que dans l’esprit de tous les amateurs de basketball, Allen Iverson est indissociable de Philadelphie. Dans la ville de l’amour fraternel, « Little Big Man » a trouvé un écrin pour ses exploits et était prêt à mourir -combien de fois ne s’est-il pas précipité au sol ou dans les gradins pour sauver un ballon?- pour la victoire. L’antre des Sixers résonne encore des saillies offensives de l’ancien étudiant de Georgetown.

Et parce qu’une image vaut parfois mieux que mille mots, le mieux est encore de revoir Iverson en action: ici.

A la rencontre de Nicolas Douws

 

Evoluant à Prayon depuis ses débuts, Nicolas Douws nous parle de sa passion pour le basketball, de son équipe,  des blessures, du futur championnat P3, de ses attentes et de la probable confrontation contre son beau-frère Alexandre Koch. Entretien.

 

Nicolas, depuis combien de temps joues-tu au basket?

Je pratique ce sport depuis onze ou douze ans.

Et depuis combien d’année évolues-tu à Prayon?

J’y suis depuis mes débuts.

Qu’est ce qui te plait particulièrement dans le basket?

C’est un sport d’équipe complet, que cela soit physiquement, tactiquement ou au niveau de l’adresse.

Quel bilan tires-tu de votre dernière saison en P3, ou vous avez terminé dans la première partie de tableau?

Malheureusement, je m’étais blessé dès le premier match et j’ai été éloigné des parquets jusqu’à la trêve hivernale. Je n’ai pu disputer que la seconde partie du championnat. Néanmoins, je pense que nous avons forgé de bons résultats et, au final, nous sommes satisfaits de notre position.

 

 

« Nouveau coach, nouvelle expérience »

 

Y a-t-il de nombreux changements dans votre équipe pour cette nouvelle saison?

Notre coach, pour cause de paternité, a décidé de passer la main. Nous sommes d’ailleurs très heureux pour lui. Nous allons vivre une nouvelle expérience avec un nouvel entraineur.

Que penses-tu de votre série pour cette saison?

Je ne connais guère les autres équipes. Comme l’on dit dans ces cas-là: que le meilleur l’emporte!

Qui vois-tu comme favoris?

Je n’en ai absolument aucune idée. J’estime que tout peut changer très vite d’une semaine à l’autre.

 

 

« Que le meilleur gagne! »

 

Quels seront vos objectifs?

Pas de pression inutile. Nous allons aborder les matchs après les autres et nous verrons où cela nous mène.

Quelles sont tes envies pour cette saison?

Je croise les doigts pour passer une saison sans souci physique.

Tu joueras probablement contre ton beau-frère, Alexandre Koch, qui évolue à La Spéciale Aywaille.  Qu’est ce que cela représente pour toi?

Nous nous apprécions énormément. Cela sera fun. Que le meilleur gagne… en espérant que ce soit nous!