« J’aurais préféré partir sur des Playoffs »

 

Samedi, un parfum de nostalgie flottait au Hall du Paire pour le derby entre Pepinster et Liège Basket. Les temps changent, il s’agissait d’une rencontre de première…régionale, remportée 82 à 92 par les Liégeois. Thibaut Marien revient sur cette soirée.

 

Thibaut, une belle victoire pour finir la saison, content de partir en beauté?

J’aurais préféré partir sur des Playoffs mais, malheureusement, nous n’avons pas su les accrocher.

Qu’est ce qui vous a permis de l’emporter à pepinster?

Nous avons été particulièrement adroit à distance et chaque élément du groupe a mis la main à la pâte pour nous permettre de nous imposer.

Exceptionnellement, cette rencontre se déroulait au Hall du Paire. Quelles furent tes impressions?

Vu du terrain, le Hall du Paire semblait vide. Toutefois, c’était probablement car tous les spectateurs étaient éparpillés.

 

En bonus, le résumé vidéo de la rencontre par Vedia: ici.

 

« Ce ne fut pas facile physiquement »

 

Pour la dernière de la saison, SFX s’est incliné 73 à 62 à Waterloo. Frappés par les blessures, il était grand temps que la saison se termine pour les Collégiens.

 

Une défaite pour clore une saison qui restera, quoi qu’il arrive, particulièrement positive pour SFX. « Ce fut une partie compliquée face à une équipe de Waterloo hyper motivée pour le dernier match de Manzanza » nous explique Hugo Maréchal. « De plus, il s’agit d’une formation ultra-physique alors que de notre côté, nous avions parfois cinq ailiers sur le terrain. C’était donc assez ardu physiquement, surtout avec le manque de rotations. »

C’est que comme d’autres équipes -coucou Tilff- SFX souffre des absences. « Nous terminons la saison avec trois blessés,un joueur qui a arrêté depuis quelques semaines et plus de pivots » nous précise Hugo. « Compte-tenu de ces paramètres, notre non-participation aux Playoffs est peut-être un mal pour un bien. »

« Match parfait pour finir en beauté »

 

Pour cette dernière rencontre de la saison, Theux s’est offert une superbe victoire sur le parquet d’Atlas Jupille.

 

« C’est une très belle victoire pour terminer, nous ne pouvions pas espérer mieux pour finir en beauté » savoure Laurent Caubergh. « Il nous manquait certes quelques joueurs, mais notre collectif a pris le dessus, comme souvent cette saison.« 

Une victoire qui s’est dessinée des les premiers échanges. « Nous avons parfaitement démarré la partie » souligne l’étudiant en kinésithérapie. « Nous réalisons une magnifique prestation défensive pour limiter à la perfection les shooteurs adverses, tout en posant nos attaques pour trouver l’homme ouvert.« 

De quoi faire la course en tête. « Romain Klassen nous a sorti le grand jeu dans le troisième quart-temps pour garder nos opposants à distance. Il était « on fire » comme on dit dans le jargon » continue Laurent. « Et nous avons converti nos lancers-francs au bon moment pour éteindre tout espoir adverse. » Et s’imposer 71-81.

 

« Une dernière prestation en feu d’artifice!

 

Pour la dernière de François Bens à la tête d’Atlas Jupille, les Verts ont éclaboussé la rencontre de leur talent pour s’offrir une éclatante victoire, 127 à  61, contre le Centre de formation. Nicolas Franck revient sur cette rencontre pour Liège & Basketball.

 

Nicolas, quel dernier match!

Oui, une ultime prestation en feu d’artifice!

Qu’est ce qui explique une si large victoire?

Nous avons réalisé une prestation offensive quasi parfaite. Nous avons connu un excellent pourcentage aux tirs, notamment à trois points. Tous les joueurs ont contribué à cette belle performance et ont alimenté le marquoir. Mention spéciale à Louis Titeca qui a littéralement pris feu contre ses anciens coéquipiers en scorant 34 points!

Une belle manière de clore la saison…

En effet. Plusieurs d’entre-nous quittent LAAJ, nous avions à coeur de terminer sur une belle note. Et au vu du scénario de cette partie, nous ne pouvions rêver mieux comme manière de mettre un point final à notre saison.

Haneffe et Huy terminent par une défaite

 

Cette dernière journée de championnat en deuxième régionale s’est soldée par une défaite pour Huy et Haneffe.

 

Les Templiers n’ont pas su prendre leur revanche sur Maffle et s’incline 85 à 81, malgré une belle remontée dans le troisième quart-temps et un triumvirat Tassin-Palazy-Berger efficace (58 points à eux trois).

Défaite également pour Huy qui a craqué en deuxième période à Malonne et s’incline 92 à 72, malgré les 18 unités de Machiroux.

Aubel-Pepinster: au bout du suspens!

 

Ce dimanche, Aubel recevait Pepinster.  Un match crucial pour les visiteurs qui devaient impérativement s’imposer pour se maintenir en première provinciale. Reportage.

 

Du monde dans la salle aubeloise pour cette dernière journée de championnat. En cas de victoire, Aubel est assuré de finir sur le podium et de posséder l’avantage du terrain au premier tour des Playoffs. Enjeu encore plus important pour Pepinster qui doit impérativement l’emporter pour se maintenir en première provinciale. La victoire de Visé contre Saint-Louis condamne donc les Pépins à l’exploit. Les Visétois sont d’ailleurs venus en nombre pour « supporter » les locaux.

L’entame de match est poussive et Pepinster s’arrache en défense et contre, par deux fois et de façon assez spectaculaire, les visiteurs. Après cinq minutes, c’est 2 à 6 avant que Xavier Hubert ne réduise l’écart derrière la ligne des 6,75 mètres. A un peu plus de deux minutes de la fin du premier « time », Beckers enquille en fade-away mais Halkin, très vif, score en pénétration, puis délivre un assist pour William Delrez. Le pivot pépin enchaine par un gros rebond offensif pour fixer le score, au buzzer, à 7-14.

Dès l’entame du second quart-temps, Sébastien Dethioux se bat comme un beau diable et sert parfaitement Halkin. Le jeune ailier bénéficie ensuite de deux lancers, mais n’en convertit qu’un, à l’inverse de Francot qui ne tremble pas, suite à une faute sifflée à Jonathan Hertay en fin de possession. Halkin en remet une couche à distance, c’est 15 à 25 en faveur des visiteurs alors qu’il reste quatre minutes à disputer avant la pause. Pour son premier match de reprise, Benjamin Deflandre -très efficace hier- plante une première banderille pour réduire l’écart, 18-25, et le public se fait entendre. Aubel serre, encore plus, sa défense et se bagarre sur tous les ballons. Sur un airball pépin, Beckers s’empare du ballon et réalise un coast-to-coast, arrêté fautivement. C’est 26 à 28. Alors que Rossinfosse rate ses deux lancers-francs, Tim Palotai inscrit les siens et Aubel passe devant pour la première fois de la partie, 29-28 et dix-neuf secondes à jouer. Temps-mort dans la foulée. Au sortir de celui-ci, Jonathan Hertay pénètre et rate son panier mais celui-ci est accordé, un joueur visiteur ayant frappé sur la planche. C’est 31 à 28 au moment de regagner les vestiaires.

 

 

Deux équipes au coude à coude

 

Après la pause, Riga fait admirer son jeu de feintes au poste pour faire 35-30 avant que Jonathan Hertay ne plante un triple, dans le corner, et au buzzer des vingt-quatre secondes. Francot réduit l’écart sur une rentrée bien amenée mais rate ensuite à distance. Lejeune pénètre et obtient la faute. L’athlétique ailier convertit le premier lancer mais rate le second, c’est 37-35 et cette partie est véritablement marquée par des séries de part et d’autre. Rossinfosse, décoche une banderille derrière un écran et celle-ci fait mouche, puis enchaine par une pénétration incisive. Pepinster repasse devant, 39-40. Temps mort avec cinq minutes et trente-six secondes à jouer.

Au sortir de « time-out », Rossinfosse rate son lancer bonus. De l’autre côté du terrain, et alors que l’ambiance monte encore d’un cran dans les tribunes et dans la -particulièrement bien garnie- buvette, Hubert arrache un rebond offensif et Hertay transforme la passe de Riga en assist. C’est 41-40 et le public scande « D-fense, D-fense« . Pepinster repasse devant grâce à un rebond offensif et par Delrez qui enfonce bien son vis-à-vis pour faire 41-44. Xavier Hubert ramène ses troupes à égalité, 44-44, par un gros triple alors que les deux coaches décident d’opérer plusieurs changements. Hubert, encore, lui récupère son troisième rebond offensif du quart-temps, sert Lambot qui rate mais Beckers, bien placé, récupère la balle et replace Aubel devant. Martin Lambot, sur un caviar de Deflandre, se rachète et fait 48-46. Francot réduit l’écart aux lancers avant que Deflandre et Lambot ne combinent à nouveau parfaitement. C’est 50-46. S’en suit une offensive pépine, une autre particulièrement légère de Lenaerts avant qu’Aubel ne sorte une grosse défense. Sur un ultime tir pépin, à quinze mètres, Fontaine se voit siffler une anti-sportive imaginaire.

 

 

Pepinster est virtuellement sauvé

 

Le quatrième quart-temps s’annonce étouffant -et le sera- et le suspens, comme l’ambiance, sont à leur paroxysme. Pepinster refait prestement son retard et repasse devant, 52-54 avant que Lenaerts ne serve Lambot en backdoor: 54 partout. Lenaerts score tête de raquette mais Rossinfosse lui répond par un E-NOR-ME triple. La torche humaine intercepte ensuite un ballon et envoie Halkin au lay-up mais Deflandre, en pénétration, ramène Aubel à 58-59 pour le plus grand plaisir des supporters.

Halkin rate son tir mais chope son propre rebond, 58-61, et enchaine par un gros rebond défensif mais Lejeune rate un spectaculaire lay-back. Temps mort, il reste quatre minute à jouer, Pepinster est virtuellement sauvé tandis que Pierrick van den Brule suit attentivement les échanges. Au sortir du temps-mort, Deflandre loupe sa tentative mais Lambot s’empare du rebond. Une incompréhension entre Deflandre et Hertay occasionne une balle perdue. Nicolas Rossinfosse provoque la faute mais rate ses deux lancers-francs. Le jeune et fougueux pépin se rattrape dans la foulée en volant un ballon et en allant déposer tout seul. C’est 58 à 63, il reste moins de trois minutes à jouer.

 

 

Au bout du suspens

 

Lambot marque en pénétration. Les visiteurs perdent la balle, tout le monde se jette au sol mais ce sont les Aubelois qui la récupèrent. Fontaine distille un petit bijou de passe pour Hertay qui coupait dans le dos de la défense, c’est 62-63. Halkin tente un gros tir qui ressort de l’anneau. Fontaine travaille bien au poste et obtient deux lancers. Le pivot ne bronche pas et les convertit tous les deux. Aubel repasse devant, 64-63. Rossinfosse rate à trois points, Francot récupère le rebond offensif et obtient la faute. Rentrée latérale. Halkin pénètre, obtient la faute et inscrit le panier derrière mais celui-ci n’est pas accordé. L’explosif scoreur bénéficie de deux lancers-francs. Il marque le premier et également le second, 64-65. Pepinster est à moins d’une minute de se maintenir. Fontaine rate sa tentative tandis que de l’autre côté Sébastien Dethioux se fait proprement contrer par derrière. En défense, Delrez conteste une passe pour Beckers et se fait sanctionner par l’arbitre. « C’est la pire faute pour un intérieur, c’est toujours sifflé » nous souffle un observateur. Beckers, serein, ne tremble pas et remet les siens devant. C’est 66-65, il reste dix-neuf secondes à jouer et les joueurs regagnent le banc pour un dernier temps-mort.

Au sortir de celui-ci, Halkin pénètre, est quelque peu déséquilibré mais n’obtient pas la faute, contrairement à Fontaine alors qu’il reste huit secondes. Le pivot marque le premier mais rate le second. Pepinster s’empare du rebond, traverse le terrain et cafouille pour finalement tenter un tir désespéré à distance. Le buzzer retenti, le marquoir affiche 67-65 tandis que les Pépins sont éberlués, sonnés, estomaqués. Les Aubelois applaudissent leurs supporters.

Après la rencontre, Christophe Francot, légitimement déçu, explique que « ce n’est pas aujourd’hui que nous (ndlr: Pepinster) descendons, c’est lors des deux défaites contre  la Vaillante. » La pilule est dure à avaler pour les jeunes de Pepinster qui se sont battus comme de beaux diables, du début à la fin. « J’en ai pleuré, à la fin, sur le banc » nous dit Nicolas Rossinfosse qui accuse le coup.

Du côté d’Aubel -et de Visé- les mines sont plus réjouies. Les Herbagers sont désormais officiellement sur le podium et bénéficieront de l’avantage du terrain pour le premier tour des Playoffs, ce jeudi.

Ans reste en P2!

 

Ce weekend s’annonçait intense et crucial dans la lutte pour le maintien en deuxième provinciale. Depuis samedi, chacun savait que ce serait Braives ou Ans qui ferait la bascule . Mais, au terme d’une rencontre disputée, les Ansois l’ont emporté, 65-60, contre Amay et évitent la relégation.

 

Les Verts sont allés, tout seuls, et avec une énorme pression sur leurs épaules, chercher un maintien souhaité par tout une club au terme d’une victoire arrachée de haute lutte contre Amay, dans une superbe ambiance et devant une belle assistance. « Chapeau bas à mes joueurs qui ont su faire preuve de caractère depuis huit semaines (ndlr: cinq victoires en huit rencontres) malgré une situation compliquée d’un point de vue sportif » souligne Matthias Scholze. « Et une énorme merci à nos supporters qui ne nous ont pas lâché ces dernières semaines, et encore plus ce dimanche lors de l’ultime rencontre qui avait des airs de finale.« 

C’est donc Braives, la seule équipe à neuf victoires, avant cette dernière journée de championnat, à ne pas s’être imposée, qui bascule en troisième provinciale. Un coup dur pour les Giants qui n’étaient pas gâtés par le calendrier pour cette ultime rencontre.

 

Samedi faste pour Prayon

 

Samedi faste pour les Dames de Prayon. Les deux équipes locales se sont imposées, en R1 pour valider le maintien et en P2 pour décrocher le titre de champion.

 

La réception de Kain, dixième au classement, s’avérait cruciale pour Prayon, à la lutte avec Herve-Battice pour se maintenir en première régionale. Et les Trooziennes n’ont pas flanché, s’imposant 64 à 58 et obtenant, de facto, le droit de poursuivre à ce niveau l’an prochain.

Pour la P2 locale, ce n’était pas de maintien mais de titre qu’il s’agissait. Si Awans a donné du fil à retordre à Prayon, Sgobba et compagnie ont finit par émerger et remporter une dernière victoire, 50 à 48. « Cette partie fut assez serré suite au stress présent car il nous fallait cette victoire« nous explique Victoria Miceli. « Ce titre c’est l’aboutissement de deux saisons de travail. L’année dernière, nous avons joué les tours finaux mais il n’y a pas eu de montant supplémentaire. Cette année, nous n’avions qu’un objectif: monter en P1. » Et voilà qui est fait!

Ce sera Braives ou Ans

 

Ce weekend s’annonçait crucial dans l’optique du maintien avec six équipes concernées par la descente. Wanze, Spa, Modave et Fémalle ont sauvé leur peau. La relégation se jouera donc entre Braives et Ans, la dernière formation sur le pont, ce dimanche après-midi contre Amay.

 

Vendredi, Modave a ouvert le bal en s’inclinant, logiquement, à Bellaire, 103 à 90, non sans avoir démérité. Pas une catastrophe tant il aurait fallu un improbable concours de circonstances pour que les Castors fassent la bascule.

Ce samedi, à la même heure, quatre formations directement concernées étaient sur le pont. Spa a validé son maintien en venant à bout du 4A Aywaille, 73 à 57. Idem pour Wanze grâce à sa victoire à Flémalle -qui ne peut pas descendre non plus car Braives s’est incliné à 92 à 65 à Sainte Walburge. Des Sang et Marine assurés de finir deuxième depuis le sacre de l’Etoile Jupille vendredi.

Braives est donc la seule équipe, avec Ans, à ne compter que neuf victoires. Mais les Verts doivent encore jouer, ce dimanche après-midi, contre Amay. Les Giants bénéficient d’un average positif sur les Liégeois. « Nous avions perdu de vingt points chez eux et gagné de 14 à domicile » nous rappelle Matthias Scholze. « Les résultats de samedi ne changent rien au scénario établi, hormis que nous connaissons désormais les descendants potentiels: Braives ou nous.« 

De quoi mettre une sacrée pression sur les épaules des locaux avant la réception d’Amay. « Les gars sont tout autant motivés que ce qu’ils étaient durant ces deux dernières semaines » nous confirme le jeune entraineur. « La victoire est impérative!« 

 

Tilff finit en force!

 

Pour le dernier match de la saison, Tilff est allé chercher un victoire de prestige chez les deuxièmes du classement. Les Porais terminent leur première saison en deuxième régionale avec un superbe cinq sur six.

 

« Une grosse victoire contre BBC Brainois, second au classement, qui nous permet de finir sur un très beau cinq sur six » se félicite Quentin Pincemail. « Nous avons livré un excellent match en terme d’application, tant offensivement que défensivement. La paire Henrioulle-Mottard a été particulièrement performante.« 

Une victoire forgée dès le début, Tilff menant durant l’entièreté de la rencontre (31-42 à la pause). « Dommage toutes ces blessures qui nous ont gâché une partie du championnat » regrette le mentor porais. » Mais les jeunes de P2, Bastens et Remy, ont livré une excellente prestation pour remplacer nos blessés.« 

 

Un résultat positif qui permet à Tilff de terminer à la septième place de la série, avec un bilan de quatorze victoires en vingt-six rencontres, et prouve encore un peu plus qu’il faudra compter sur les Bleus la saison prochaine.