Le Country Hall a vibré

 

Pour la réception d’Ostende, leader invaincu en EuroMillions Basketball League, le Country Hall avait fait le plein. Et Liège Basket aura fait vibrer ses supporters. Reportage.

 

Le car ostendais décharge ses joueurs et son staff sous une pluie battante, plus de deux heures avant le début de la rencontre. Certains joueurs en profitent pour s’attarder dans la grande cafétéria liégeoise afin d’avaler un café ou un Aquarius. Les étrangers Marko Kuridza et Vladimir Mihailovic discutent entre eux pendant qu’Elias Lasisi surfe sur son smartphone, seul à une table.

Boris Penninck fait son entrée vers 18h30 et saluent les bénévoles déjà présents tandis qu’au dehors les stewards bravent les intempéries pour indiquer les places de parking. Le stand de confiserie de l’enceinte liégeoise ouvre ses volets, pour le plaisir à venir des enfants venus en nombre.

« Ostende n’a pas de points faible, mais tout est possible sur un match, surtout si nous les accrochons d’entrée » nous précise Laurent Costantiello avant de rejoindre ses joueurs. « Nous jouons toujours pour gagner même s’il faut bien reconnaitre qu’Ostende est très complet et efficace.« 

Alors que la buvette liégeoise se remplit généreusement, Gérald Henkin propose les maillots liégeois -superbes au demeurant- aux fans désireux d’afficher les couleurs du club.

A 19h45, la cafétaria est comble, toutes les tables sont occupées par des gens de tout âge, en groupe ou en famille. Un brouhaha  d’où émergent des rires est plus que perceptible, nous sentons que l’on s’approche doucement du début de la partie.

« Je suis venu pour la première fois il y a sept ou huit ans grâce à un copain » nous confie Philippe, un Ansois abonné, en compagnie de sa femme, à Liège Basket. « J’apprécie l’ambiance qui règne ici, c’est sympathique et familial. » Cette saison, ce supporter n’est pourtant venu que deux fois. « Et je n’ai pas encore vu Liège gagner. Mais nous étions habitué à cela la saison dernière » lance-t-il dans un grand éclat de rire.

Une équipe soudée (photo Philippe Collin).

A 20h20, la présentation des joueurs par le speaker pose encore un peu plus les bases de la rencontre. Première surprise: Djordjevic est absent. Un coup dur pour Ostende, bien souvent tributaire de la qualité d’organisation de son Général. Les joueurs liégeois semblent concentrés et pressés d’en découdre. Ils n’hésitent pas à dunker à-qui-mieux-mieux alors que Terry Deroover prend Carl Montgmory en aparté avant le briefing du staff de Liège Basket. Dario Gjergja, ancien de la maison, fait une petite révérence au public liégeois.

Le speaker rend hommage à Roger Grégoire, disparu, et la foule se lève pour une minute d’applaudissements. Le ballon du match est lancé par Romane alors que Liège Basket propose un cinq majeur composé de Terry Deroover, Milos Bojovic, Cebasek, François Lhoest et Carl Montgomery tandis que Mihailovic, Salumu, Kesteloot, Fieler et Jekiri débutent pour les Côtiers. Nous pouvons déjà remarquer la singulière différence de gabarit entre les deux effectifs. Les choses sérieuses peuvent commencer.

 

 

Dario Gjergja exclu après 3 minutes

 

C’est d’ailleurs Tonye Jekiri qui, profitant de son incontestable avantage de taille, inscrit le premier panier de la rencontre. Liège Basket récupère 3 rebonds offensifs, dont deux fois par Lhoest, avant que ce dernier ne score à mi-distance. Le match est lancé.

Carl Montgomery est particulièrement en jambes! Avec un panier, puis un autre suivi d’un lancer-franc convertit, il porte la marque à 7 partout, alors que Mihailovic doit laisser ses partenaires, déjà crédité de deux fautes.

Montgomery a séduit (photo Philippe Collin).

Dario Gjergja, constamment en train de parler à l’arbitre, se voit siffler une technique par Laurent Beck. Et il s’en prend une deuxième quasiment dans la foulée, ayant tenu des propos peu amènes, que la décence nous empêche de dévoiler. C’est un fameux coup de théâtre, le mentor ostendais doit rejoindre les vestiaires après seulement trois minutes de jeu!

C’est 11-7 pour les locaux lorsque Chase Fieler enquille un gros tir à distance à la suite duquel Laurent Costantiello laisse échapper un juron! ». Mais Terry Deroover, avec une pénétration spectaculaire redonne de l’air aux Liégeois, 13 à 10.

Tyler Larson et Darnell Harris remplacent le meneur belge et François Lhoest alors que Jekiri, déjà à 8 points, continue son chantier en attaque et bâche violemment Montgomery en défense. Ce dernier cède sa place à Boris Penninck tandis que Louis Hazard supplée Cebasek.

A la suite d’une phase « spéciale », Tyler Larson inscrit un lay-up alors que Schwartz fait une embardée sur le banc liégeois pour tenter d’intercepter un ballon. Les Principautaires passent en zone alors que Lhoest remonte au jeu pour palier à la troisième faute de Darnell Harris.

Sur une interception suivie d’un dunk, Jean-Marc Mwema fait 19-24. Mais Terry, revenu au jeu, profite d’un lay-up raté de Myers pour inscrire un gros trois points en transition. C’est 22 à 24 après dix minutes.

 

 

Liège vire en tête à la mi-temps

 

Kuridza foule le terrain pour la première fois en ce début de deuxième quart-temps et Lasisi s’envole pour un énorme dunk. Les Côtiers pressent tout-terrain mais Boris Penninck inscrit un joli tir longue distance. Larson l’imite, après hésitation, du même endroit et les Sang et Marine passent devant, 28 à 26.

« Little big man » (photo Philippe Collin)

Kuridza reste au sol après une faute, il est évacué du terrain mais Ostende recolle à égalité avant que Boris, à nouveau, score à trois points après un joli pick-and-pop. C’est 31 à 30 et 6 minutes et trente secondes à jouer. Terry sert Larson alors que chacun constate que Milos Bojovic n’est pas dans son match. Harris et Montgomery remontent au jeu. C’est 31 à 32 depuis plus de deux minutes lorsqu’un temps mort est pris par Laurent Costantiello alors qu’il reste moins de 4 minutes à l’horloge.

Au retour du temps-mort, Bojovic réalise enfin une action positive en offrant un caviar à Larson qui convertit son essai. C’est 34 à 32 et même 36 à 32 grâce à un Montgomery opportuniste au rebond offensif. L’assistant des champions en titre craque aussi un « time-out » au sortir duquel Lasisi plante une banderille de loin pour recoller à un point. A 36-37 et 39 secondes à jouer, nouvel interruption en faveur de Liège Basket. Juste avant la mi-temps, Montgomery score après un rebond offensif, les Principautaires regagnent les vestiaires avec un court avantage. C’est 38 à 37.

 

 

Montgomery a positivement surpris

 

Durant l’interlude, nous croisons Gilles Jacques, venu avec son entraineur de Verlaine, Jérôme Louwette, et des coéquipiers. « Liège tient bien le coup » nous confie Morgan Wey, spectateur pour l’occasion. « Et Montgomery me surprend positivement. » Gaetan Di Bartoloméo, de Modave est également présent, tout comme un tas d’autres têtes bien connues dans le monde du basket liégeois.

« C’est super pour l’instant » s’enthousiasme Margaux Michel en nous précisant que les locaux dominent le rebond offensif. « Nous avons vraiment bien préparé cette rencontre, cela se voit. » A peine le temps de se dégourdir les jambes que la partie va recommencer. Rarement Ostende a été mis en pareille difficulté. Pourvu que cela dure.

 

 

Terry le Magnifique

 

Jekiri recommence la deuxième mi-temps comme il avait entamé la première! Avec un rebond offensif suivi d’un dunk et du lancer-franc bonus accordé, c’est 38 à 40 pour les visiteurs. Mais il prend ensuite une faute offensive au rebond et doit céder sa place à Myers. Côté liégeois, c’est Montgomery qui écope d’un légère anti-sportive en tentant de contrer un Ostendais. Laurent Costantiello encourage François Lhoest, qui vient d’inscrire deux lancers-francs, à prendre sa chance à distance quand l’occasion se présente.

Terry on fire (photo Philippe Collin).

Après 2 minutes et trente secondes, Terry remplace Milos Bojovic qui ne semble guère heureux de rejoindre le banc. Menés de cinq points, les Principautaires recollent à deux unités grâce à un tir from downtown du précieux Cebasek, qui rate ensuite, et Ostende reprend un viatique de 5 points. Tyler Larson ne cesse de mâchouiller son protège-dents et une mésentente au rebond défensif entre Franky Lhoest et Cebasek permet aux Côtiers de récupérer le ballon.

Rouspétant après une faute que les « refs » ne lui aurait pas sifflé sur son raté en contre-attaque, Chase Fieler est sanctionné d’une technique. Terry marque son tir de réparation et rejoint à nouveau la ligne de vérité suite à une faute -discutable- de Mike Myers lors d’une tentative d’interception. L’Américain est d’ailleurs épatant de par la rapidité de ses mains, et particulièrement actif. Le génial meneur inscrit ses deux lancers et Liège revient à 48-49.

Et Terry, après une belle bataille au rebond, fait passer son équipe devant grâce à un shoot en plein milieu de la raquette en contre-attaque. Ostende est obligé de prendre temps-mort pour calmer la furia locale et les spectateurs se rappelle au bon souvenir des acteurs en faisant un maximum de bruit. Laurent Costantiello profite de la minute de répit pour demander à ses joueurs de ne surtout pas laisser Mihailovic prendre feu.

Sur la première possession « post-time-out », Lasisi plante à trois points. Quelques secondes plus tard, malgré les rouspétances du public, Myers obtient une faute après avoir usé de son physique dans la peinture. Alors que c’est 50 à 57, Terry intercepte et score, suivi de Hazard qui inscrit un lancer-franc après une tentative d’alley-oop avortée des visiteurs. Un panier d’Ostende et deux lancers-francs de Terry plus tard, c’est 55-60.

 

 

Mihailovic fait mal

 

Nous pouvons apercevoir une grosse motivation et sentir une vraie rage de vaincre dans les rangs des Liégeois durant le conciliabule qui précède la dernière période. Larson, Bojovic, Hazard, Harris et Montgomery sont sur le parquet pour entamer ces dix dernières minutes. Après un panier de Mihailovic, Harris marque sur rebond offensif. Mihailovic score à trois points et Harris lui répond à la même distance. Le meneur ostendais remporte le mano-a-mano en inscrivant un deuxième triple de rang -8 points d’affilée- après une très mauvaise défense sur écran.

Mihailovic a été clutch (photo Philippe Collin).

Terry est rentré pour Larson, la sono fait du bruit mais Harris n’a pas dit son dernier mot et inscrit un autre panier du parking après un rebond offensif de Bojovic. Après 2 minutes et 30 secondes, alors que le score est de 63 à 68, Louis Hazard semble se blesser sur un lay-up et doit quitter le terrain. Lasisi marque un panier acrobatique grâce à une passe lobée avant que Jekiri ne score sur le premier ballon qu’il touche. C’est 63-72.

Terry met une grosse pression défensive sur son opposant direct, Mihailovic. En attaque, il provoque une faute et obtient deux lancers-francs, qu’il convertit. A 3 minutes et demies de la fin du temps réglementaire, Terr,y, encore lui, inscrit un gros tirs à trois points pour ramener Liège à 68-75.

C’ets le moment que choisit Bojovic pour se rappeler au bon souvenir de ses supporters, mais, fort malheureusement, pas de la meilleure manière. Sur une drôle de tentative -en allant tout droit- de pénétration, il perd la balle et commet une anti-sportive dans la foulée. Ostende réalise une attaque à 5 points (!) grâce aux deux lancers-francs et au triple qu’enfile Jean Salumu. C’est 68 à 80 mais Terry Deroover ne veut pas abdiquer et score « inside », obtenant le bonus -qu’il marque- en plus! Liège est revenu à 71-80 et les champions en titre demandent temps mort.

Le mentor local demande à ses ouailles de passer en « zone press », la sono encourage les valeureux combattants et les supporters battent des mains. Terry se voit sifflé une offensive pour le moins imaginaire alors que, quelques instants plus tard, Bojovic commet une horrible perte de balle que Lasisi transforme en un soyeux tir à trois points. C’est 71 à 85, il reste 50 secondes à jouer mais la messe est dite. Un ultime panier de François Lhoest, accordé après un contre illégal, n’y changera rien, Liège s’incline 73 à 85.

 

 

Ostende a tremblé

 

On observe de la déception autour de nous et sur le visage des joueurs. Chacun y aura cru et rarement Ostende aura tremblé ainsi. L’écart est forcé au regard du déroulement de la partie mais l’on ne peut s’empêcher de se dire que, ce soir, les Principautaires auraient pu créer l’exploit.

Liège, proche de l’exploit (photo Philippe Collin).

Quelques ballons mieux négociés, une meilleure défense sur Mihailovic, Bojovic sur le banc, chaque spectateur qui nous entoure y va de son commentaire alors que l’on aperçoit Dario Gjergja, qui a troqué le costume pour le training, venir embrasser son assistant, visiblement heureux de garder son invincibilité.

Alors que les gradins se vident et qu’une partie des spectateurs se presse vers la buvette, nous rejoignons le flot des supporters qui quittent la majestueuse bâtisse du Sart Tilman. Il est déjà l’heure de prendre congé au terme d’une soirée tout à fait sympathique et d’un match de fort bonne facture.