Retour sur le match Neuville – Aubel

 

L’affiche du weekend dernier entre Neuville et Aubel a accouché d’un dénouement abracadabrantesque avec une victoire au buzzer de Neuville qui avait pourtant compté plus d’une dizaine de points de retard. Liège & Basketball revient sur cette rencontre d’exception.

 

S’incliner à Neuville est loin d’être une contre-performance, d’autant plus au buzzer, toutes les équipes de notre élite provinciale pourront le confirmer. Pourtant Aubel a peut-être raté l’occasion de faire le break par rapport à ses poursuivant, Neuville et Haut-Pré présentant désormais le même bilan que les Herbagers. « Notre sentiment sur cette rencontre est très mitigé » commence Jonatha Hertay. « Nous avons certes perdu, mais nous avons réalisé un bon match dans l’ensemble. Nous nous déplacions en effectif réduit et nous savions que cela allait être difficile. Pourtant, après quelques minutes de jeu, nous sentions que nous avions le répondant nécessaire pour revendiquer la victoire, via, notamment, un Riga inarrêtable et un Xavier Hubert qui lui a bien emboîté le pas.« 

D’autant plus que cette impression se traduisait au marquoir. « Nous avons compté jusqu’à douze points d’avance et nous y croyions donc plus que jamais » continue l’ailier aubelois. « Nous avons  bien joué les trente premières minutes, en inscrivant soixante points et en limitant plusieurs fois Neuville à dix points par quart-temps. Mais dans les dix dernières minutes, nous n’avons pas trouvé de solutions, nous avons tricoté en attaque, perdu des ballons importants et ne sommes parvenus à scorer que sept points » embraie Xavier Hubert.

 

 

Une exclusion contestable

 

Un dernier quart-temps qui reste en travers de la gorge d’Aubel. « Nous avons le sentiment que les arbitres ont encore décidé de l’issue de la partie avec quelques décisions plus que discutables, notamment mon exclusion » avance Jonathan qui s’était vu gratifier d’une volontaire suivie d’une technique. « Personne n’a compris ce coup de sifflet, tant à Neuville que chez nous. » Et l’ailier de détailler la situation: « J’ai fait une faute sur un lay-up d’Electrico pour ne pas laisser un panier facile, le stopper et l’envoyer sur la ligne de réparation. J’ai reçu une volontaire pour cette faute et, directement, en réaction, un joueur de Neuville s’est levé et a collé sa tête contre moi. Je n’ai pas réagi, je n’ai pas pipé  un mot et j’ai levé les bras mais l’arbitre nous a sanctionnés d’une double technique.  J’étais exclu car j’avais reçu une volontaire précédemment alors que je n’avais ni contesté la faute, ni réagi aux provocations.« 

« Cette exclusion, sans réelle raison, nous a fait mal » confirme Xavier Hubert. L’arbitre expliquera plus tard au principal intéressé que dans ce genre de cas de figure, il sanctionne les deux joueurs pour éteindre la mèche. « Mais c’est tout de même très injuste car, au final, le joueur au comportement agressif est resté sur le terrain tandis que moi j’ai dû regagner les vestiaires. Le message envoyé n’était peut être pas le bon » regrette Jonathan qui aurait souhaité que les referees prennent quelques secondes pour réfléchir à cette décision dans sa globalité et aux conséquences qu’elle pouvait avoir . « C’était sans doute le tournant du match, ce que m’a confirmé Daniel Delmal après la rencontre. Nous avions dix points d’avance à ce moment-là mais cela nous a privés d’une rotation d’autant plus que j’étais bien dans le match et que je venais d’inscrire un shoot dans le coin et un buzzer.« 

 

 

Deux bombes de Sumkay

 

Mais c’est un autre buzzer qui va faire basculer la victoire dans le camp des locaux. Toutefois, avant ce shoot venu d’ailleurs de Sumkay, le meneur de Neuville avait déjà planté une bombe. « Nous pressions sur un rebond offensif sur un lancer-franc alors que cela fait trente-neuf minutes que les Neuvillois jouaient en transition latérale sur chaque tir de réparation » nous explique Xavier Hubert. « Nous étions mal placés » confirme Jonathan.  » Avec trois points d’avance à trente secondes du terme, nous ne devions jamais perdre ce match! Sur la bombe au buzzer, c’est sur une simple « hand off pass » et Nico Sumkay nous a sorti un shoot à la Curry, en déséquilibre et de travers. »

Jonathan n’oublie pas de saluer le héros du jour. « Cela ne m’étonne pas de Nico. Il est jeune et je pense qu’il évolue à son meilleur niveau » nous dit-il. « J’ai joué avec lui lorsque j’étais affilié à Neuville et il était sous-estimé par les différents coachs qui ne lui accordaient pas beaucoup de temps de jeu. Face à nous, il a prouvé qu’il est un shooteur de talent. C’est bien pour lui, même si nous en avons payé le prix fort. »

 

 

Le titre ne s’est pas joué lors de ce match

 

« C’est évidemment frustrant car nous nous sommes ramassés deux triples sur les deux dernières actions. La frustration est d’autant plus grande que j’étais bien en jambes et que j’avais pu créer pour mes équipiers mais que je n’ai su prendre qu’un shoot sur les douze dernières minutes » reconnaît Xavier. « Et je regrette cette faute sur moi que l’arbitre n’ose pas siffler et qui conduit à une perte de balle. Mais en face, Kevin a bien coaché et Debry a sorti un bon match. Tactiquement, de notre côté, nous aurions pu mieux faire. » La nouvelle règle des volontaires limite les options. « Aurions-nous du faire faute pour les envoyer aux lancers? » s’interroge Jonathan. « Il y a le risque de prendre une volontaire puisque le règlement est sujet à interprétation.« 

Malgré le résultat, pas de défaitisme dans le chef aubelois. « Le titre ne s’est pas joué ce weekend. Nous avons perdu mais nous conservons l’average sur Neuville » analyse Jonathan. « Un gros match nous attend dimanche (ndlr: 14h30 contre Haut-Pré) et nous en saurons plus après cette rencontre quant aux places de chacun dans la hiérarchie.«