Une dramaturgie digne des meilleurs opéras!

Le game 5 entre Raptors et Warriors fut riche en rebondissements et en dramaturgie. Une rencontre digne des meilleurs opéras! Retour en détails sur cette soirée qui restera gravé dans les annales de la NBA.

« Opéras. Ces mélodrames de grande classe pour tempéraments tragiques » disait Roger Lemelin. Les (télé)spectateurs du game 5 entre Raptors et Warriors ont vécu des moments intenses qui n’étaient pas sans rappeler les meilleurs opéras proposés, par exemple, à l’ORW.

C’est tout d’abord le retour de Kevin Durant après trois semaines d’absence qui offrait un premier rebondissement à une soirée qui n’allait pas en manquer. Directement performant, KD plantait 11 points en 10 minutes, dont un parfait trois sur trois from downtown, avant de se blesser assez gravement et de rejoindre les vestiaires, escortés par Iguodala et Curry. « J’ai vu l’expression sur son visage et je savais ce qui se passait. J’étais déchiré. Je me suis mis à sa place pendant une seconde. Vous pouviez voir l’expression de son visage lorsqu’il s’est blessé, et vous saviez ce qu’il en était. Je ne sais même pas ce que je lui ai dit pour être honnête, j’avais juste le sentiment qu’il fallait que je sois avec lui » expliquait après coup le meneur des Warriors.

La réaction de certains supporters à la blessure avait le don d’énerver les Warriors. « C’est fou. C’est dingue. Come on…Aucune classe. J’ai toujours été le témoin que les Canadiens sont les personnes les plus gentilles que j’ai pu rencontrer. Mais là il n’y avait aucune classe » commentait Draymon Green après le match. « Ce sont des conneries. C’est vraiment ridicule. Je n’ai même pas les mots pour dire à quel point j’étais furieux. C’est dingue. Ils devraient avoir honte d’eux. Je respecte les Raptors pour leur avoir dit de la fermer. Parce que ce n’est pas cool. Se réjouir de la blessure de quelqu’un ? Come on man. Ce n’est pas de la boxe, c’est du basket » regrettait Thompson. « C’est une réaction très perturbante. Ce n’est pas ce que je connais des gens de cette ville. Je félicite Danny Green et Kyle Lowry pour avoir fait signe au public. J’espère qu’on ne reverra plus cette horreur » remarquait Steph Curry. Lowry et Ibaka, heureusement, demandaient aux fan des Raptors de se calmer. « C’est quelque chose que tu ne peux pas célébrer. C’est un jeu plein d’émotion et les fans sont excités. Parfois quand tu es excité, tu oublies un peu qui tu es, donc c’était notre boulot de leur dire d’arrêter. Et tout de suite ils ont arrêté et ils ont commencé à l’applaudir. Ça montre combien ce sont de super fans. Avec l’émotion, tu peux oublier parfois, mais ce qu’il y a de bien c’est que le public chantait son nom (KD, KD !) et pour moi c’est le plus important » reconnaissait Serge Ibaka.

Curry revenait ensuite auprès de ses coéquipiers pour les remotiver, tous, un par un, afin de ne rien lâcher. Et cela fonctionnait, DeMarcus Cousins (14 points à 6 sur 8 et 6 rebonds au total) enfilant 7 points d’affilée pour devenir le « facteur X » de cette rencontre.

« Ne jamais sous-estimer le coeur d’un champion »

Les Warriors conservaient leur avance malgré des Raptors qui poussaient pour revenir. Dans le money-time, Kawhi Leonard, poussif jusqu’alors, plantait dix points consécutifs pour offrir un avantage intéressant à sa formation, 103-97, à trois minutes du terme. Une magnifique séquence stoppée par un temps-mort de… Nick Nurse. « Nous avions deux temps morts à utiliser avant les 3 dernières minutes, et nous avons décidé de les prendre pour permettre aux gars de se reposer. Nous avions ces deux temps morts que nous allions perdre dans les 3 dernières minutes, et nous avons pensé que nous allions pouvoir utiliser cette énergie supplémentaire pour un dernier coup de reins » expliquait le coach des Raptors à la presse. « Sur le moment j’ai ressenti que c’était un bon moment pour prendre un temps, il a probablement voulu nous permettre de souffler à ce moment de la rencontre. Vous ne pouvez pas savoir si ça a changé le match. Si nous avions remporté ce match, nous n’en parlerions pas » défendait Leonard.

Sauf que le momentum venait de changer de camp. De retour sur le terrain, Leonard allait rater deux tirs, Lowry perdre un ballon crucial, alors que les « Dubs », via les inévitables Curry et Thompson, plantaient trois bombes. « Nous avons déjà eu beaucoup de retard en fin de match, en dernier quart, et Coach Kerr a dessiné quelques super systèmes pour moi et Steph et nous avons eu de bonnes positions, et il ne faut pas nous en donner trop parce que ça va rentrer la plupart du temps » expliquait Klay Thompson après la partie. « Je suis ici depuis 5 ans, donc je ne sais pas combien de fois c’est arrivé, mais peut-être lors de plus de 100 matchs en 5 ans. Je l’ai vu sacrément souvent. Cela n’arrive pas tous les soirs, mais ça semble arriver la plupart du temps. Ils sont d’incroyables compétiteurs, de grands shooteurs. Mark Jackson l’a dit il y a des années, c’est le meilleur backcourt de shooteurs de l’histoire. Mais ce que les gens ne comprennent peut-être pas c’est à quel point ce sont des compétiteurs, et je trouve que cela s’est vu ce soir » enchainait Steve Kerr.

« Une fête en larmes »

Malgré quelques erreurs évitables (perte de balle de Green, panier refusé à DMC et faute offensive de ce dernier), les Warriors tenaient bon et Draymond Green contrait la dernière tentative de Lowry, offrant la victoire, 105-106 à Golden State. « C’est la plus grande victoire de notre saison. Quand tu es mené de 6 points à 2 minutes de la fin dans un match à élimination avec la possibilité pour eux de gagner. Nous aurions pu abandonner, mais nous ne l’avons pas fait. Je n’ai jamais vu ce groupe le faire et c’est toujours vrai » savourait le leader défensif des champions en titre. « Nous avons envoyé beaucoup de messages ces 5 dernières années. Victoire ou défaite, je ne crois pas que nous avons besoin de prouver quoi que ce soit désormais » déclarait Stephen Curry.

Une soirée en forme de montagnes russes pour Golden State, entre joie et tristesse. « Une fête en larmes » comme l’aurait écrit Jean d’Ormesson. « Je ne crois pas que je puisse décrire mes émotions à l’heure actuelle, honnêtement. J’ai dit à l’équipe que je ne savais pas quoi dire parce que d’un côté je suis fier d’eux, ils ont montré un cœur incroyable, et de l’autre je suis dévasté pour Kevin. Donc c’est un sentiment bizarre que nous avons tous actuellement. C’est à la fois une incroyable victoire et une horrible perte » analysait le coach victorieux. « Nous l’avons fait pour Kevin. Nous le faisons pour K. Nous savons qu’il veut que nous soyons à notre meilleur niveau et nous penserons à lui à chaque instant où nous serons sur le parquet » lançait Thompson.

La série a-t-elle basculé?

Dans une situation idéale avant ce game 5, les Raptors ont encore deux opportunités de remporter le titre. Mais cette défaite risque de laisser des traces. « Nous avions une chance de remporter le titre ce soir, mais nous ne l’avons pas fait. Nous n’avons pas assez bien joué. Nous n’avons pas assez exécuté en fin de rencontre, et ça pique un peu, mais il y a encore des matchs à jouer. Nous avons abordé cette série en nous attendant à ce que ce soit une longue série et nous nous sommes mis en bonne position. Maintenant il va falloir regarder la vidéo et voir comment nous pouvons être meilleurs. Nous allons essayer de gagner jeudi » déclarait Fred VanVleet en conférence de presse. « Je pense que je l’ai dit après le Game 2 lors de la série face à Philadelphie que je m’attendais à ce que ce soit une longue série. Pareil pour celle-là, je m’attends à ce que ce soit une longue série. Je ne suis pas planté là à me dire que nous aurions dû faire ceci ou cela. Cependant si vous m’aviez demandé si j’aurais signé avant les finales pour mener 3-2, j’aurais probablement dit oui » tempérait toutefois Nick Nurse.

Mais du côté des Warriors, héroïques lors de ce game 5, l’envie d’en découdre est à son zénith pour le dernier match de l’histoire à l’Oracle Arena. « Nous avons une opportunité devant nous dans deux jours, nous allons être en tenue devant notre public à l’Oracle Arena, dans une ambiance incroyable, et ce sera l’opportunité de jouer pour lui, et d’honorer le sacrifice qu’il a fait en donnant son corps. Nous allons donner tout ce que nous avons. J’aimerais dire que je garantis une victoire, mais qui sait comment cela va se terminer. Ce qui est certain c’est que nous allons donner tout ce que nous avons. Nous allons nous battre. Et je sais que si nous avons une chance de lui parler dans les deux jours qui viennent, c’est ce qu’il attend de nous. Donc je suis excité par cette opportunité, mais j’ai encore le cœur brisé pour ce gars, qui a donné tout ce qu’il avait pour nous » concluait Stephen Curry.