Les Cats dominent la Hongrie se rapprochent des JO!

Malgré un début de match catastrophique, la Belgique domine la Hongrie et se rapproche un peu plus des Jeux Olympiques de Tokyo. Reportage.

Après la courte et rageante défaite face à la France, les Cats ont dû immédiatement se reconcentrer afin de ne pas louper leur objectif initial: figurer dans le top 6 de cet euro et décrocher un ticket pour le tournoi qualificatif aux JO 2020 au Pays du Soleil Levant.

Les Belges, par la voix d’Ann Wauters, sont conscientes de l’importance de l’évènement. « Il faut aller chercher cette 6e place. C’est peut-être LE match le plus important de l’histoire du basket belge. Ce ne sera certainement pas facile, mais je reste confiante, surtout si on continue à jouer comme ça. Il s’agira de bien récupérer et de bien se préparer pour aller chercher ce top 6 » annonçait vendredi la légende vivante du basket féminin.

Comme trop souvent, le groupe de Philip Mestdagh loupe son début de match, se retrouvant mené 0-9 après deux minutes et obligeant le coach national, dépité, à craquer un premier temps-mort. Et comme souvent, c’est Emma Meesseman qui remet les Cats sur les rails avec un panier à mi-distance et un gros rebond défensif. Davantage de joueuses – Wauters, Vanloo, Raman, Nauwelaers – foulent rapidement le parquet, permettant à la Belgique de recoller à 10-15 à la huitième. En difficulté – encore! – au rebond et pour contenir la vitesse des Hongroises, les Cats limitent la casse – notamment à deux assists de Wauters, bien dans son match – au quart-temps: 12-17.

Une défense hermétique

La Belgique démarre le second quart de la pire des manières: par une perte de balle stupide; mais récupère le ballon directement en forçant la géante adverse à commettre une faute offensive. Cette première minute du second quart est à l’image des dix premières minutes: brouillon et peu enthousiasmant. Isolée derrière l’arc, Kim Mestagh ramène ses couleurs à 15-17 et les fait même passer devant avec un autre triple. Sur une pénétration explosive, Julie Allemand fait 20-17, contraignant l’entraineur hongrois à appeler un temps-mort. La Belgique, mieux en place défensivement, vient de coller un 8-0 à son adversaire.

Cette interruption ne semble pas perturber les Belges qui continuent sur leur lancée: 24-17 à la quatorzième. En disputant en ballon dans la raquette hongroise, Linskens est victime d’une véritable prise de catch et la pivot belge reste au sol en se tenant le dos. Elle est soutenue par ses coéquipières pour rejoindre le banc. Wauters, revenue au jeu, venge son équipière depuis la ligne des lancers: 25-17. N’ayant toujours pas encaissé depuis le début de ce quart-temps, les Cats perdent Delaere qui écope sa troisième faute personnelle. Meesseman veille au grain et « bâche » sa vis-à-vis pour conserver son anneau inviolé.

Aux lancers, Julie Allemand crée le plus gros écart de cette rencontre 27-17 en faveur de la Belgique qui reste sur un 15-0 dans ce quart-temps. Après le premier panier – un 2+1 – hongrois, Marjorie Carpréaux fait admirer sa vista et obtient deux lancers qu’elle s’empresse de convertir. Nauwelaers, également depuis la ligne de réparation, fait 21-20 alors qu’il reste un peu plus de deux minutes à disputer dans cette mi-temps. Un nouveau triple de Kim Mestadgh – son quatrième! – offre seize points d’avance à nos compatriotes. Une passe dans le dos de Carpréaux permet à Raman d’hériter de deux lancers-francs. La compagne de Sam Van Rossom ne se fait pas prier en fait coup double. Ce second quart s’achève sur le score de 39 à 25. Après avoir bu la tasse en début de rencontre, les Cats ont admirablement sorti la tête hors de l’eau.

Les Belges poursuivent sur leur lancée

Au moment d’entrer sur le terrain, les titulaires belges sont encouragées par leurs coéquipières. Avec quatorze points d’avance, les Cats ne sont plus qu’à vingt minutes de leurs ambitions olympiques. Derrière le banc, Ann Wauters garde le rythme en pédalant sur un « home trainer ». Linskens – la pauvre! – se fait à nouveau balancer au rebond mais se relève rapidement. En zone offensive, la pivot belge s’empare du rebond offensif et sert idéalement Kim Mestdagh derrière la ligne des 6,75 mètres: 42-25. Nauwelaers imite ensuite sa coéquipière avant qu’Allemand ne score en contre-attaque après une interception culottée. Les Belges démarrent mieux cette mi-temps que la précédente et mènent 47-30 à la vingt-quatrième.

La zone hongroise n’empêche pas Linskens de scorer inside après une bonne circulation du ballon, ni Julie Allemand d’ajouter un autre panier fort appréciable: 51-32. Après quelques minutes brouillonnes, la meneuse liégeoise relance la machine belge par un triple. Dominatrices au rebond, les Belges s’offrent de nombreuses deuxième chance. Carpréaux transperce la défense hongroise pour porter le score à 57-37 à la demi-heure.

Les Cats terminent le boulot

Deux points et bonus (raté) pour Antonia Delaere qui a finement joué le coup en contre-attaque, les premiers points de ce dernier quart-temps sont belges. Tête de raquette, Carpréaux n’hésite pas: 61-37. La spectaculaire meneuse se fend ensuite d’une sublime passe décisive derrière le dos – sa seconde – pour permettre à Wauters d’inscrire son premier panier de plein jeu. Juste après, la meneuse de poche récupère son propre rebond pour marquer une panier de filou, c’est 65-40. Le banc belge domine celui hongrois: 23 points marqués par les remplaçantes de notre plat pays contre 13 pour celles de la Hongrie.

Wauters s’illustre à nouveau, sur une passe de Kim Mestdagh cette fois, mais nos compatriotes encaissent ensuite quelques paniers, obligeant leur entraineur à prendre temps-mort pour remettre l’église au milieu du village. Le sélectionneur belge – comme son homologue hongrois – ouvre son banc pour les dernières minutes, pour le plus grand plaisir des joueuses concernées. Une fin de partie en roue libre ne change rien au résultat final, la Belgique s’impose logiquement 72-56 après avoir mené de la tête et des épaules.

Si les regrets peuvent exister de n’avoir pu se qualifier pour la demi-finale, les Cats peuvent être satisfaites d’avoir rempli leur contrat: figurer dans le top 6 et gagner le droit de participer au tournoi qualificatif pour les Jeux Olympiques de Tokyo l’été prochain.