Déplacement délicat pour Liège Basket

 

Déplacement difficile pour Liège Basket à Alost ce samedi. Au Country Hall, Liège avait bu la tasse face aux Okapis. Le scénario ne peut se répéter pour des Principautaires que la victoire boude depuis trop longtemps.

 

Après avoir profité d’une respiration salutaire grâce aux nouvelles fenêtres internationales, Liège Basket renouera avec la compétition ce samedi au Forum d’Alost. Un déplacement difficile, une rencontre délicate, mais il est temps que les Principautaires renouent avec la victoire sous peine de continuer leur lente mais inoxerable descente au classement.

Face aux anciens du club, Olivier Troisfontaines et Justin Kohajda, Liège doit retrouver sa folie offensive tout en améliorant son rendement en défense. A ce titre, la polyvalence de François Lhoest sera, à nouveau très précieuse. L’ancien capitaine du BC Ninane a vu son contrat prolongé et portera toujours le maillot à rayures la saison prochaine. « Je suis très contente que l’aventure continue. Pour lui d’abord mais aussi pour ses enfants qui adorent le basket. Même si je dois bien avouer que ce n’est pas tous les jours facile au niveau de l’organisation » nous confie son épouse, Caroline. « Je ne suis pas surprise, d’ailleurs Sa capacité à défendre est un atout précieux. De plus, Franz est combatif, très rigoureux dans la tâche à accomplir. Pour y parvenir, il n’a pas peur de se surpasser. Et je pense qu’il n’a pas encore atteint sa puissance maximale! »

Liège Basket aura bien besoin de son trentenaires en pleine forme, Jordan étant toujours préservé pour cette rencontre.

Une série en cours de 124 victoires consécutives pour Braine

 

On le sait, Braine est l’ogre du championnat où les Castorettes sont encore invaincues et sont favorites pour décrocher un cinquième titre de champion. Mieux, Marjories Carpréaux et ses coéquipiers restent sur une incroyable série de 124 victoires d’affilée dans notre compétition nationale.

 

« Braine est tout au-dessus, seul dans sa bulle, injouable » nous confiait Antoine Braibant voici quelques mois. Et pour cause, c’est sur une série de 124 victoires consécutives que restent les Brainoises. De quoi épater la galerie et conforter la place de locomotive du basket belge féminin.

Recrutement bouclé à Spa

 

Le noyau de Spa sera profondément différent la saison prochaine. Des départs et des arrivées, tant au niveau du staff que de l’effectif, mais les Spadois ont désormais bouclé leur recrutement.

 

Thomas Doneux ne sera plus à la tête de la formation spadoise en TDM2 la saison prochaine. Pour le remplacer, le comité des Bobelins a mis en place des promotions internes. Bruno Dagnely, le mentor de la P1, reprend l’équipe fanion du club tandis qu’Antoine Massart, entraineur de la P2 locale prendra les rênes de la formation qui milite au sein de notre élite provinciale.

Au niveau de l’effectif, les départs de Fred Delsaute et Gaetan Hertay à SFX-Saint Michel et de Deblond et Julémont devaient être comblé. C’est désormais chose faites avec les arrivées de Romain Nicaise, Pierrick van den Brule, Nicolas Franck, Benjamin Liégeois et Julien Walravens. Ce dernier transfert, en provenance de Sprimont, est d’ailleurs un joli coup du club de la Cité Thermale. « Oui, il permettra de compenser la perte de Fred et Gaetan au scoring. Il nous fallait quelqu’un qui connaisse la division, en plus des anciens qui restent au club. Son arrivée nous a permis de boucler notre effectif et j’en suis heureux car, depuis plusieurs semaines, nous bossons là-dessus presque tous les soirs » se félicite Bruno Dagnely, visiblement très satisfait de ces nouvelles arrivées. « Ce sont de jeunes talents et de chouettes gars, bien éduqués. Ce sont des battants, qui jouent collectif et colleront parfaitement à notre style de jeu » ajoute-t-il.

Cette campagne de recrutement bouclée, le club spadois se projette dans l’avenir. « Nous souhaitons créer un groupe qui perdure et se solidifie sur plusieurs années. Nous sommes un club stable, qui laisse le temps aux joueurs d’évoluer et leur permet de s’épanouir dans plusieurs équipes au besoin » continue Bruno qui se fixe certains objectifs pour la future saison. « Nous souhaitons avoir un rôle à jouer au sein de la série et évoluer du mieux possible avec la ferme volonté d’embêter les grosses armadas » conclut-il

A noter que Simon Doneux troquera le bleu contre le vert la saison prochaine et rejoint Sprimont« Je respecte totalement le choix de Simon. Ses raisons sont louables » nous informe son ex-futur entraineur, Bruno Dagnely,

 

« Une finale ne se joue pas, elle se gagne! »

 

La finale de la Coupe de la Province approche à grands pas. Samedi, à Aubel, L’Etoile Jupille et Waremme croiseront le fer pour décrocher le trophée. Julien Van Roy fait le point à deux jours du grand rendez-vous.

 

Julien, la différence de division entre vos deux équipes est-elle prépondérante dans une finale?

Waremme est le favori de cette rencontre. Les Wawas évoluent en P1 et forment une équipe expérimentée et composée de plusieurs joueurs ayant joué en nationale auparavant.

Les cinq points d’avance dont vous bénéficierez à l’entame de la partie modifieront-ils votre stratégie?

Ce léger viatique ne changera absolument rien à notre jeu. C’est évidemment un avantage de démarrer avec cinq points d’avance mais encore faut-il pouvoir les conserver et ne pas se prendre deux bombes directement. Waremme possède de gros shooteurs dans ses rangs, nous le savons.

Quels sont les facteurs qui peuvent faire pencher la balance en votre faveur?

Nous sommes une équipe complète et nous devrons rester dans nos systèmes de jeu. Je suis allé voir notre adversaire en demi-finale, il lui manquait un pivot. S’il est encore absent, je pense que c’est en-dessous que le match va se jouer. Peter Tandler sera primordial dans cette rencontre et j’espère que Guillaume Grégoire nous refera le même début de match que lors du quart de finale contre Aubel.

Que représenterai pour vous de remporter cette Coupe?

La victoire serait magnifique pour nous, c’est indéniable, et encore plus si nous allons chercher le titre en championnat. Un doublé serait exceptionnel. Nous ne nous doutions pas que nous irions si loin dans cette compétition car nous savions que nous allions rencontrer plusieurs formations de P1. Mais c’est là toute la beauté de la Coupe provinciale! Peu importe le résultat samedi, j’estime que nous pouvons être fiers de ce que nous avons déjà accompli, en grande partie grâce à l’excellente ambiance qui règne entre nous. Toutefois, nous sommes parvenus en finale, nous allons donc tout faire pour la gagner. Comme dirait notre mentor: « une finale ne se joue pas, elle se gagne. »

 

Un grand pas vers le maintien en cas de victoire

 

Ce dimanche, Pepinster peut faire un grand pas vers le maintien en cas de victoire face à Laarne.

 

Les Pépines se sont inclinées lors du premier match des Playdowns, dimanche dernier contre Willebroek. « C’était un peu le même scénario que lorsque nous avons affronté cette équipe en saison régulière » nous explique Antoine Braibant. « Nous avons pris un éclat en début de match mais, cette fois-ci, nos adversaires ne nous ont pas laissé revenir dans la rencontre. »

Pour l’occasion, Pepinster avait intégré le Hall du Paire. « Malheureusement, la salle sonnait un peu vide, ce qui a peut-être un peu déstabilisé mes joueuses » précise le mentor verviétois qui ne se cherche pas d’excuses pour autant.

Ce dimanche, c’est Laarne qui se présentera face aux ouailles d’Antoine. Une équipe que les Pépines avaient dominé lors de la dernière rencontre de la phase classique. « C’est pour moi l’équipe la plus faible du championnat » souligne le jeune mais expérimenté entraîneur. « Nous devons nous imposer, ce qui serait un grand pas vers le maintien. »

Et lorsque nous lui posons la question de savoir s’il sera toujours à la barre de l’équipe verviétoise la saison prochaine, la réponse d’Antoine fuse, sans ambages. « Si nous sommes toujours en D1 la saison prochaine, je reste à Pepinster.« 

Michael Petit sera en vert la saison prochaine

 

Ans se veut ambitieux pour la saison prochaine. Pour coller à ses ambitions, le comité ansois a convaincu Stéphane Mossay de prolonger son bail au club et entérine l’arrivée de Michael Petit.

 

Embarqué dans une saison galère au niveau collectif, Michael Petit a également connu les affres de la blessure. « Cela m’a fait du bien de jouer ce weekend, cela me démangeait depuis un certain temps » sourit le pivot verviétois. « Et je n’ai ressenti aucune douleur, c’est positif. »

La saison prochaine, Michael portera le maillot vert d’Ans. « J’avais envie de continuer en régionale » nous explique le sympathique géant. « Je ne connais pas personnellement les joueurs mais c’est une équipe compétitive en régionale. »

La saison prochaine, Ans se voudra ambitieux. « Le comité souhaite construire une équipe compétitive pour, au moins, aller en Playoffs » se réjouissait Stéphane Mossay. L’arrivée de Michael Petit devrait aider les Ansois à concrétiser leurs ambitions.