Magistrale Noémie Mayombo

 

La vie à la Suisse réussit bien à la Liégeoise qui vient de s’adjuger la Coupe de la Ligue suisse au terme d’une performance magistrale.

 

A Fribourg, Noémie Mayombo retrouve ses habitudes de capitaine, comme à Sprimont ou en équipe nationale espoir. Et la Liégeoises carbure au super au sein d’une formation qui domine son championnat de la tête et des épaules – onze victoires en treize rencontres. Au rayon individuel, la soeur d’Emmanuella, se pose en candidate crédible pour le trophée de MVP avec des moyennes de 16,2 points (huitième du championnat) et 5,1 passes décisives (leader dans cette catégorie).

Et voici quelques jours, Noémie a fait main basse sur la Coupe de la Ligue en livrant une prestation de haute voltige avec 32 points. Elle a fort logiquement été élue meilleure joueuse de la rencontre. « C’est quand même pas mal d’émotions » déclarait-elle. « Mais, après tout, c’est pour ce genre de match que l’on joue et que l’on s’entraine.« 

La paisible vie de Fribourg semble convenir à la talentueuse Liégeoise. De quoi convaincre le sélectionneur de la reconvoquer parmi les Belgian Cats?

« Le maintien est largement possible »

 

Wanze connait une saison compliquée eu deuxième Provinciale. L’opération maintien a été lancée et le club mosan veut croire en ses chances.

 

« L’équipe était mal balancée au départ » nous explique Mike De Keyser. « Nous avons ensuite rajouté deux joueurs supplémentaires qui font du bien. Mais nous savons que nous allons devoir cravacher pour nous maintenir. Il faut continuer à travailler le plus sérieusement possible et encore aller chercher quatre ou cinq victoires. Néanmoins, je pense que nous sommes sur la bonne voie.« 

L’ancien basketteur professionnel est revenu à Wanze en octobre grâce à un concours de circonstances. « Lorsque j’ai été viré de Charleroi avant même le début de saison, j’étais dégoûté et je n’avais pas envie de me replonger dans le basket » se remémore-t-il. « Mais Wanze est venu me trouver avec un challenge intéressant. » Et l’aspect affectif a joué un grand rôle. « J’ai tout de même passé treize années dans ce club et j’avais la possibilité de coacher trois-quatre joueurs que j’avais accompagnés de la catégorie benjamins aux équipes seniors.« 

Ce samedi, Wanze se déplacera à Aywaille pour y affronter le 4A. « Ca va être difficile » reconnait celui qui prendra en main la destinée de Waremme la saison prochaine. « Je regrette le faux-pas de la semaine dernière à Ans. Là, nous aurions dû nous imposer. » Les Mosans doivent encore rencontrer Waremme et Braives, deux formations moins bien classées. Le match contre Braives sera d’ailleurs l’avant-dernier de la saison, et il sera sans doute décisif.

Jordan débarque à Liège Basket

 

En remplacement de Tyler Larson, Liège a signé John Jordan, un meneur américain passé par la G-League.

 

Larson parti à Varèse, il fallait lui trouver un successeur. Le staff de Liège Basket ne s’est pas précipité afin de dénicher la perle rare. Et c’est John Jordan qui débarque chez les Principautaires annonce le club sur sa page Facebook.. S’il est trop tôt pour prédire si cette nouvelle recrue va pouvoir suppléer qualitativement Tyler Larson -qui était tout de même le meilleur joueur du championnat à l’évaluation– ce renfort va faire du bien aux Liégeois et permettre à Bojovic d’évoluer à sa position habituelle.

Jordan, un nom prédestiné pour la pratique du basketball… Le nouvel arrivant  est un petit format – 1,78 mètre pour 82 kilos- âgé de 25 ans. Il évoluait cette saison en Finlande. La saison dernière, il était membre des Raptors 905 en ligue de développement NBA. Il y affichait des moyennes de 5,9 points, 3,2 passes décisives et 1,1 interceptions en 17 minutes. Souhaitons la bienvenue au jeune point guard et beaucoup de succès avec sa nouvelle équipe.

« Merci à Tilff pour ces belles années »

 

Dépositaire du jeu de Tilff en P2, Pierre Vandersanden a décidé de quitter le club après plusieurs années de bons et loyaux services pour rejoindre La Spéciale Aywaille en troisième provinciale. Pour Liège & Basketball, Il explique son choix et revient sur ses belles années dans le club du bord de l’Ourthe.

 

Pierre, depuis combien de temps étais-tu à Tilff?

Un sacré bail à vrai dire. J’approchais d’une décennie sous le maillot bleu et blanc.

Qu’appréciais-tu particulièrement là-bas?

La mentalité du club, en premier lieu. Il s’agit d’un club ambitieux mais humain. Il existe une réelle proximité entre les joueurs des différentes équipes et les membres du comité, par ailleurs très actif. C’est une grande famille avec une ambiance de feu. Je garde en mémoire quelques souvenirs mémorables.

Pierre garde d’excellents souvenirs de Tilff.

Pourquoi avoir décidé de rejoindre La Spéciale Aywaille?

J’ai été séduit par le projet mis en place par ceux qui ont repris le club et le dynamisme insufflé. Le challenge sportif proposé me titillait et j’avais très envie de rejouer avec mes anciens coéquipiers et de retrouver des amis d’enfance.

 

 

« M’amuser en pratiquant un basket compétitif »

 

Quels seront tes objectifs pour la saison prochaine sous le maillot aqualien?

Ceux-ci sont assez simples mais aucunement simplistes. Je veux m’amuser tout en pratiquant un basket compétitif et, pourquoi pas, jouer la montée.

Un brin de nostalgie apparait bien souvent lorsqu’on quitte un club dans lequel on a évolué pendant si longtemps. Que voudrais-tu dire aux club de Tilff et à ces membres?

Je remercie infiniment Tilff pour toutes ces belles années que je continuerai de chérir. Je remercie le club pour les belles fêtes vécues et l’ambiance qui anime l’entité depuis toujours. Enfin, j’adresse un merci tout particulier à mes coéquipiers qui m’ont fait et vu grandir. Merci Tilff!

 

Promotions internes à Spa

 

A Spa, une certaine continuité et un jeu des chaises musicales a été mis en place concernant le coaching des équipes seniors la saison prochaine.

 

Le club spadois vit une actualité mouvementée. Au niveau de l’effectif de l’équipe fanion, Julémont et Deblond rejoignent Pepinster tandis que le duo d’artificiers Delsaute/Hertay prennent la direction de SFX-Saint Michel pour ce qui annonce de fameux derbies et une âpre lutte pour les premiers rôles en R1. Les Bobelins enregistrent l’arrivée de Mertens en provenance de Sprimont comme l’annonce Jean-Jacques Bloemers à Sudpresse.

Au niveau du coaching aussi, pas mal de changements et un jeu des chaises musicales. Thomas Doneux ne sera plus à la tête de la TDM2 la saison prochaine. Il sera remplacé par Bruno Dagnely, l’actuel entraineur de la P1. Et pour prendre sa place à la tête de l’équipe thermalienne de notre élite provinciale, c’est Antoine Massart, coach de la P2 cette saison, qui reçoit une promotion et monte d’un échelon nous apprend L’Avenir. Une certaine continuité avec des techniciens qui connaissent bien la « maison spadoise ».

En deuxième provinciale, la formation du futur mentor de la P1 réalise une saison mi-figue mi-raisin. Dans une série dominée par le trio Etoile Jupille-Bellaire-Sainte Walburge, Spa est neuvième avec un bilan déficitaire de 6 victoires en dix-sept rencontres. Antoine, pur produit spadois dont les beaux-frères, Baptiste et Antoine Mottard, sont actifs du côté de Tilff, amènera toute son expérience à un effectif qui fait mieux que tenir sa place en P1 et vient d’ailleurs de faire tomber le leader du championnat, Aubel.

« Nous souffrons des absences »

 

Ce weekend, Aubel a mordu la poussière pour la deuxième fois de la saison, seulement. Une défaite à domicile, 68 à 77, qui permet à Neuville et Haut-Pré, éliminés en demi-finale de la Coupe, de revenir à hauteur des Aubelois. Xavier Hubert revient sur ce faux-pas et les importantes échéances à venir.

 

Xavier, une défaite surprenante à domicile…

Nous savions que nous aurions du mal à combler le départ à l’étranger de Demarteau et, malheureusement, Benja Deflandre est blessé et nous manquera encore en février. A cela, s’ajoutent des absences pour le boulot, notamment. Nous sommes d’ailleurs moins nombreux à l’entrainement et cela se paie cash. Pour pallier à l’indisponibilité de Deflandre, je joue à la mène avec Tim Palotai mais, du coup, on me « perd » sur le poste 2. Toutefois, je pense qu’avec une rotation supplémentaire en périphérie, nous aurions pu l’emporter dimanche dernier contre Spa.

Quels sont les enseignements à tirer de cette rencontre?

Nous avons bien géré les vingts premières minutes. En deuxième période, quelques signes de fatigues sont apparus. Pas tant dans la raquette où nous disposions de trois intérieurs mais bien en périphérie où quatre joueurs pour trois places, c’est une peu juste à ce niveau. D’ailleurs, leurs deux très bons ailiers shooteurs ont pris feu à la fin du troisième quart-temps, tant sur la zone -choisie pour se préserver des fautes- que sur la défense individuelle que nous avions reprise ensuite. Ce changement de défense  est sans doute arrivé trop tardivement, mais nous n’avions guère le choix, car Desert et Claes sont restés chauds jusqu’au terme de la partie, malgré le bon travail défensif de Beckers.

Avec également un impact offensif moindre?

Oui, nous marquons moins ici sans Fontaine, Gerarts et nos deux meneurs du premier tour: Deflandre et Demarteau. Ce sont quatre joueurs qui aliment habituellement le marquoir. A titre personnel, j’ai dû monter la balle trente minutes durant face à un « press » tout terrain, ce qui a inéluctablement influencé ma fraicheur en fin de match.

 

 

« Deux matchs cruciaux arrivent »

 

Cette deuxième défaite permet aussi à vos concurrent directs, Neuville et Haut-Pré de revenir à votre hauteur…

La tête du championnat va se jouer entre ce trio de tête qui est un cran au-dessus de ses poursuivants. Nous allons d’ailleurs rencontrer nos deux adversaires principaux ces deux prochains weekends. Autant dire que les quinze prochains jours seront cruciaux!

Vous excellez pourtant face aux ténors.

Nous avons en effet gagné tous les gros matchs, que cela soit contre Neuville, Haut-Pré, Saint Louis ou encore à deux reprises contre Ensival et Hannut. Par contre, nous sommes passés par la petite porte en Coupe contre la P2 de Tilff et avons été éliminé par la P2 de l’Etoile et nous sommes inclinés contre Waremme et Spa.

 

 

« Le championnat est encore long »

 

Mais terminer en tête reste toujours dans vos cordes?

Oui mais pour cela, il faudra d’abord remporter nos deux prochains matchs. Ces deux prochains weekend sont vraiment prépondérants et, malheureusement, nous aurons encore des absents pour ces deux rencontres. Ensuite, il faudra tenir jusqu’au bout sans reperdre des plumes contre des équipes du ventre mou. Le championnat est encore long puisqu’il reste onze parties à disputer.

Comment pouvez-vous parvenir à conserver ce leadership que vous possédez depuis le début du championnat?

Nous devons nous reconcentrer sur nous et reproduire un basket collectif en se donnant à 100%. Actuellement, vu le peu de joueurs alignés, nous nous préservons trop. Notre coach, vu la difficulté d’être dix à l’entrainement, nous a  intelligemment organisé deux matchs amicaux, contre la R2 de Visé et la R1 de SFX.

Te rappelles-tu d’un championnat aussi serré?

Oui, bien sûr, aussi serré en janvier, j’en ai déjà connu dans différentes divisions. Ce que je regrette, ce sont les appels pour des transferts qui arrivent trop tôt. J’ai moi-même déjà dû reporter trois propositions, car c’est encore trop tôt dans la saison. Construire une équipe pour la P1 ou la R2, c’est totalement différent. A Aubel, nous nous réunirons le mardi 13 février pour un premier tour de table.